Vous êtes ici

VTT

Camille Balanche, une vie à mille à l’heure

A défaut de pouvoir monter sur son vélo le week-end passé, la Biennoise d’adoption a chaussé ses rollers. De quoi se vider la tête avant les Mondiaux de cette fin de semaine.

Champione d'Europe en titre, Camille Balanche s'attaque désormais aux Mondiaux (photo ldd)

Christian Kobi

Hockey sur glace, inline hockey, escrime, kinball, volleyball, VTT, la liste est longue. Et elle est loin d’être exhaustive. Depuis toute petite, Camille Balanche est une touche-à-tout. «Je n’ai jamais fait qu’un seul sport», remarque-t-elle. «Cela peut vite m’ennuyer. J’ai tout le temps besoin de bouger pour me sentir bien.» Aujourd’hui, à 30 ans, la Locloise établie depuis plusieurs années à Bienne paraît plus épanouie que jamais. Les sports qu’elle pratique, dit-elle, sont «de bons compléments» qui l’aident à progresser, «chacun à leur manière».  

Aussi, ils lui permettent de ne jamais être réduite à l’inactivité. Les championnats de Suisse de VTT de descente annulés à la dernière minute samedi dernier à Saint-Luc en raison de la neige? Camille Balanche s’empresse de redescendre en plaine et d’endosser, dimanche, le maillot des Seelanders pour le début des play-off de LNA. Avec un but et deux assists, elle prend même une part prépondérante dans la victoire 6-1 des Mistonnes face à Rothrist. «Le inline hockey, c’est pour le fun. Cela me permet de pratiquer un sport d’équipe, d’être avec les copines. C’est bon pour la tête.»

La glace attendra
Cette saison, la sportive hyperactive avait aussi en tête de revenir à ses premières amours, le hockey sur glace. Ancienne internationale et participante aux Jeux olympiques de… 2010 à Vancouver avec l’équipe de Suisse, elle devait représenter un renfort de poids pour les Ladies de Tramelan fraîchement promues en deuxième division. Mais le projet a, pour l’heure, été mis entre parenthèses. «Avec le report de la saison de VTT et le inline hockey, cela aurait fait trop. Je n’aurais plus eu un soir pour moi», constate celle qui entend prendre une décision sur sa carrière hockeyistique en novembre, une fois les rollers et le vélo de descente rangés au placard.

Car malgré ses multiples talents, Camille Balanche n’a pas (encore?) le don d’ubiquité. Elle doit trancher, sélectionner. Depuis l’année passée, c’est le VTT de descente qui prime sur le reste. Avec un certain succès: au printemps2019, dans une compétition certes boudée par les meilleures spécialistes, elle devient championne d’Europe au Portugal avant de terminer à un excellent 7e rang au classement général de la Coupe du monde, juste derrière son amie Emilie Siegenthaler. De bonnes performances qui lui ont valu de signer son premier contrat pro avec le team français Dorval AM.

Encore de la marge
Un premier contrat de deux ans loin de représenter une finalité. «Je sens que je continue de progresser, que l’expérience que j’acquiers course après course m’aide à m’améliorer. Mais j’ai encore de la marge dans bien des domaines, comme les virages ou la technique», lance la récente lauréate de la Coupe de France, qui profite de la présence de deux autres descendeurs dans son équipe. «On discute énormément ensemble, notamment pour définir les meilleures trajectoires. Comme ce n’est que la troisième année que je suis sur le circuit, j’ai encore beaucoup à apprendre.»

Apprendre, corriger, s’améliorer. Où s’arrêtera l’ascension de Camille Balanche? «Oh, je ne suis pas la seule à progresser, ça pousse fort derrière», tempère-t-elle. Ce week-end, c’est fidèle à elle-même, sans pression, qu’elle s’élancera sur la piste des Mondiaux de Leogang. «Lors de la Coupe de France, j’étais assez près d’une fille comme Myriam Nicole (réd: la championne du monde 2019), ce qui est plutôt encourageant. Mais on ne connaît pas l’état de forme des Américaines, des Néo-Zelandaises et des autres. Après cette longue interruption, ce sera l’inconnu pour tout le monde.»

Même si elle ne se mouille pas en disant viser un top 10, la Biennoise d’adoption sait qu’elle a tout pour bien faire. Ce n’est pas Emilie Siegenthaler, qui entend elle aussi jouer les premiers rôles à Leogang après son très bon 5e rang aux Mondiaux 2019, qui dira le contraire. «‹Cam› est en grande forme», rappelait-elle la semaine dernière. Cela ne surprendra évidemment personne.

Articles correspondant: Sport régional »