Vous êtes ici

Hockey sur glace

«Une très grosse émotion»

Il aura fallu neuf matches à Gaëtan Haas pour inscrire son premier but en NHL avec les Edmonton Oilers. Le Biennois l’a fait dans la nuit de lundi à mardi face aux Arizona Coyotes.

Gaëtan Haas a fêté sa première réussite en NHL en deux temps. (nhl.com)

Laurent Kleisl

Le défenseur Matt Benning balance un puck du poignet depuis la ligne bleue. L’imposant Zach Kassian et Gaëtan Haas, placés devant le gardien des Arizona Coyotes, esquissent le même geste, celui qu’ils ont appris. La rondelle est déviée en vol. C’est 2-2. Il ne restait que 4’41 à jouer dans un match que les Edmonton Oilers, devant leur public, ont subi pendant deux périodes.

Kassian lève les bras au ciel, aussitôt félicité par ses coéquipiers Benning, Kris Russell et Jujhar Khaira. De son côté, Haas file hurler sa joie dans un arrondi. «Je suis allé célébrer tout seul dans mon coin. C’est assez spécial, c’est mon premier but en NHL et pas grand monde ne l’a vu!», se marre-t-il. «Ce but, c’est la grande classe, une très grosse émotion, surtout que c’était l’égalisation peu avant la fin. La patinoire a littéralement explosé!»

Les 17 105 supporters albertains qui garnissent le Rogers Place ne savent plus à quel héros se vouer. «Personne n’a vu que j’ai touché le puck», reprend Haas, joint mardi matin outre-Atlantique. «J’ai eu quand même un petit doute, je ne savais pas si Zach l’avait aussi touché après moi. En rejoignant le banc, il m’a demandé si j’avais dévié la rondelle. Je lui ai répondu que oui, parce que je l’ai fait à 100%. Zach est alors allé voir l’arbitre.»

Réapprendre la patience
Et Haas d’entrer dans l’histoire comme le premier Biennois à marquer dans la plus prestigieuse ligue du monde. «Mais à la fin, on a perdu», peste-t-il. Ce goal, celui qui a permis aux Oilers d’arracher un point, l’a conduit à décrocher la troisième étoile de la soirée derrière Derek Stepan, auteur de la réussite des Coyotes en prolongation (3-2), et la superstar Connor McDavid, qui avait ouvert le score pour les Oilers.

Une nouvelle fois, Haas a été l’employé albertain le moins utilisé par l’entraîneur Dave Tippett. Contre les Coyotes, le Biennois de 27 ans n’a sué que pendant 7’09. Un classique lors de ses neuf matches en NHL. «Nos deux premières lignes prennent beaucoup de temps de jeu et le coach a ses hommes pour le désavantage numérique», glisse-t-il.

Au HC Bienne puis au CP Berne ces deux dernières saisons, le centre international était un des attaquants les plus utilisés, et dans toutes les situations. En Amérique du Nord, il réapprend la patience. «Je suis passé du gars important à pas grand-chose», dit-il. «Parfois, je ne joue plus pendant huit minutes. Quand mon tour arrive, je dois assurer mon job sans commettre d’erreur. Ainsi, ce n’est pas facile de rester à fond dans le match. Je profite des pauses publicitaires pour aller sur la glace et faire deux ou trois accélérations afin de garder le corps chaud.»

Une pression permanente
Dans la nuit de lundi à mardi, Haas a réussi où Michel Riesen a failli. Durant l’automne 2000, le sniper lyssois a dû se contenter d’un assist en 12 matches avec les Edmonton Oilers avant d’être rétrogradé en AHL, aux Hamilton Bulldogs. Un but, un tout petit but, c’est sans doute ce qui lui a manqué pour peut-être lancer une carrière en NHL.

 «Quand on joue davantage, on est plus à l’aise pour essayer des choses, pour créer», reprend Haas. Mais la classe des étoiles d’Edmonton, de McDavid et Leon Draisaitl, deux machines offensives, laisse peu de place aux apprentis «NHLers». Quand ses lames viennent à crisser, Haas sait qu’il est jugé, évalué. Qu’il n’a pas droit de se rater, que rien ne lui sera pardonné. «Je dois être solide à chacun des shifts, j’en ai conscience. Je pense que mes quatre derniers matches ont été assez bons. Maintenant, il faut voir où cela me mène, comment ma situation évolue.» Contre Arizona, il a eu droit à 16 secondes en jeu de puissance. Un début.

 

Le chiffre

19 Suisses

Dans la nuit de lundi à mardi, Gaëtan Haas est devenu le 19e hockeyeur formé en Suisse à inscrire un but en NHL. Premier joueur de champ helvétique à avoir évolué en NHL, Reto von Arx est également le premier buteur «made in Switzerland». L’attaquant emmentalois, aujourd’hui retiré, avait même signé un doublé, le 7 octobre 2000, contre les Columbus Blue Jackets lors du deuxième de ses 18 matches en NHL avec les Chicago Blackhawks.

Articles correspondant: Actualités »