Vous êtes ici

Sion n'a plus son destin en mains

Un quatorzième titre pour Young Boys

Il n’y aura pas la finalissima tant espérée lundi au Wankdorf entre Young Boys et Saint-Gall. Victorieux 1-0 à Sion, les Bernois ont cueilli la victoire qui leur assure le 14e titre de leur histoire.

(ats) Une réussite à la 14e minute du Luxembourgeois Christopher Martins a très vite traduit l’indéniable supériorité du double champion en titre. Malgré leur générosité en fin de match et une nouvelle confiance puisée dans une série de six matches sans défaite, les Sédunois sont restés bredouilles.

Trois jours après avoir su parfaitement maîtriser son sujet lors du succès 2-0 à Zurich, la formation valaisanne livrait, il est vrai, un combat pratiquement perdu d’avance contre un adversaire qui avait l’avantage de la fraîcheur. Plus forts dans l'impact, les Young Boys ont, ainsi, sapé très vite la résistance des Sédunois pour bâtir un succès qui ne souffre aucune discussion. Ils s’imposent une quatrième fois cette saison face à un FC Sion qui les aura affrontés avec... quatre entraîneurs différents, Stéphane Henchoz, Christian Zermatten, Ricardo Dionisio et enfin Paolo Tramezzani.

L’unique fausse note de la soirée pour les Young Boys fut le mutisme de Jean-Pierre Nsame. Le Camerounais n’a pas inscrit un 31e but en championnat qui lui aurait permis de battre le record de Seydou Doumbia vieux de dix ans. Il restera une occasion à Nsame, qui n’était pas vraiment dans un bon soir à Tourbillon, d’entrer dans l’histoire ce lundi face à Saint-Gall. Un match où il sera, doit espérer le buteur, interdit de défendre.

Cette défaite relègue à nouveau le FC Sion à la neuvième place, celle qui condamne à un barrage contre très vraisemblablement le FC Vaduz. Comme tout pouvait le laisser penser, le FC Thoune a cueilli un point devant le FC Bâle (0-0) pour reprendre la main avant l’ultime journée avec une longueur d'avance sur le FC Sion.

Lundi, les Oberlandais se déplaceront à Zurich, les Valaisans à Genève. Face au Servette FC, leur meilleur ennemi qui fera tout pour les expédier vers ce barrage de la peur, les Valaisans trouveront-ils les ressources pour forcer leur destin? Il est permis d'en douter. La répétition des matches et un vrai manque de profondeur de banc expliquent ce scepticisme.

Articles correspondant: Actualités »