Vous êtes ici

Les arbitres verront mieux

Des caméras au-dessus des buts en National League

Les fans de hockey sur glace trépignent. Le championnat suisse reprendra ses droits vendredi soir.

(ats) A deux jours du coup d'envoi de la saison 2019-2020, la Fédération suisse de hockey sur glace a informé les médias des dernières modifications qui seront en vigueur dès vendredi. La caméra au-dessus des buts et le développement des infrastructures ont été les principaux thèmes abordés à Berne.

Dès vendredi à 19h45, les patinoires de National League seront équipées de caméras au-dessus des buts. Mais tout n'est pas aussi simple que cette allégation. En principe, cette mesure devait entrer en vigueur lors de la saison 2020-21. Mais les clubs ont décidé à l'unisson d'avancer l'arrivée de ce nouvel équipement censé aider le travail des arbitres. Ainsi, il devrait être plus aisé de voir si le palet a effectivement franchi la ligne de but.

Toutefois, aucun essai n'a pu être mené à bien. Il faut que les conditions d'un direct TV soient réunies pour pouvoir exploiter les caméras au-dessus des buts. "C'est pourquoi je demande de la patience aux spectateurs, aux clubs et aux médias pour les premières semaines d'exploitation de ce nouveau système", avance Denis Vaucher, le directeur de la National League et de la Swiss League. Donc après les première expériences, les arbitres devraient pouvoir compter sur un précieux outil de travail même si l'on ne pourra jamais voir la destinée d'un palet quand le gardien le recouvre de ses jambières...

Le travail des arbitres devrait également être facilité avec le nouvel écran mis à leur disposition dans les stades. Ils pourront désormais choisir entre huit angles de vue afin de prendre leur décision. Une caméra sera également pointée en permanence sur l'horloge pour connaître le temps exact en cas de contestation. "Mais nous ne voulons pas connaître les affres du football. Je veux que ce soit l'arbitre qui prenne la décision finale et dans un temps relativement court."

Du point de vue réglementaire, les deux changements les plus visibles concerneront les buts inscrits du patin. Ils devraient désormais être tous validés, à l'exception de ceux marqués lorsque le joueur a pris son élan avec sa jambe pour tirer le puck dans la cage.

L'autre concerne la passe de la main dans le camp adverse. Si elle n'est pas sifflée ou vue par les arbitres et que le jeu continue avec un but à la clé pour l'équipe attaquante, celui-ci sera annulé lors du visionnage vidéo sauf si l'équipe adverse a pu être entre-temps se retrouver en possession du palet (un mauvais dégagement est considéré comme possession).

Au niveau des infrastructures, Denis Vaucher s'est montré particulièrement satisfait du court et moyen terme. Il a cité la patinoire de Viège, inaugurée la semaine dernière, celle de Lausanne qui le sera le 24 septembre, puis les projets plus lointains de Fribourg, Davos, Porrentruy, Ambri et Zurich.

Mais un point noir subsiste: Genève-Servette. Rien ne pointe à l'horizon genevois pour soulager les vétustes Vernets. "D'un point de vue des critères de la National League, la sécurité ou la zone gastronomie sont en ordre. Mais les clubs de National League doivent disposer d'infrastructures modernes pour se développer. Regardez ce qui s'est passé par exemple à Bienne qui a grandi avec l'inauguration de sa nouvelle enceinte", souligne Denis Vaucher.

Le directeur de la Ligue annonce qu'un audit sera mené auprès du club genevois à la fin du mois de septembre. Le comité des infrastructures de la Fédération va visiter les Vernets avec un regard pointu. Des spécialistes de la production TV et des patinoires vont donner leur avis sur la viabilité des installations genevoises. Denis Vaucher espère également pouvoir rencontrer les responsables politiques de la Ville pour faire avancer un nouveau projet.

Articles correspondant: Actualités »