Vous êtes ici

Genève: pétition féministe européenne lancée

Pour une reconnaissance des motifs d'asile spécifiques aux femmes

La coalition Feminist Asylum a lancé jeudi à Genève une pétition pour la reconnaissance effective des motifs d'asile spécifiques aux femmes, aux filles et aux personnes LGBTQIA+. Le texte demande notamment des voies légales facilitées pour déposer une demande d’asile.

Une pétition féministe européenne a été lancée jeudi à Genève en face du UNHCR.

(ats) La pétition est adressée à la Commission européenne, au Parlement européen, au Conseil européen et à tous les gouvernements nationaux de l’espace Schengen. Elle demande des mesures concrètes pour que toutes les conventions internationales signées en Europe et dans l'espace Schengen ne restent pas lettre morte, écrit la coalition Feminist Asylum.

Depuis 2008, la Convention sur la lutte contre la traite des êtres humains a établi l'obligation d'accueil en Europe des personnes victimes de traite. Puis, en 2011, la Convention d'Istanbul, signée par tous les pays européens, a élargi les motifs d'asile aux persécutions et violences faites aux femmes fondées sur le genre.

Dans ces cas, la protection internationale est un droit, souligne la coalition. La pétition exige l'application immédiate de ces conventions qui doit être garantie par une structure de surveillance européenne.

La Suisse a elle aussi signé la Convention d'Istanbul. Depuis 1998 déjà, la LASI stipule dans son article 3 que "la situation spécifique des femmes doit être prise en compte". Les militantes demandent aux autorités fédérales d'appliquer leurs engagements et de reconnaître les motifs d'asile spécifiques aux femmes, filles et personnes LGBTQIA+ venues trouver refuge dans le pays.

Font partie de ces motifs les violences sexuelles et sexistes, notamment domestiques, l'exploitation sexuelle, le mariage forcé, les mutilations génitales, la traite humaine, les législations discriminatoires, la répudiation, la privation des enfants. Autant de motifs qui poussent les femmes à fuir leur pays et à demander l'asile en Europe.

Le parcours migratoire les expose aussi aux violences sexuelles exercées par les passeurs ou dans les camps de réfugiés, au travail forcé, à l'enfermement dans des réseaux de traite des pays de transit, y compris dans les pays européens. Sans compter les menaces, traumatismes et dangers subis par leurs enfants.

Bien qu'elle n'en fasse pas partie, la Suisse travaille main dans la main avec l'Europe lorsqu'il s'agit de refouler les requérantes d'asile. Les renvois Dublin exécutés à la chaîne et le montant des fonds alloués à Frontex pour repousser les migrantes à la mer en sont de bons exemples.

Tant en Europe qu'en Suisse, les procédures d'asile sont inadaptées et l'accueil indigne, déplore le collectif. Les Etats ont pourtant les moyens de mettre en place une terre d'asile digne de ce nom.

La campagne de récolte de signatures se poursuivra durant six mois. La pétition européenne se trouve dans plusieurs langues sur le site www.feministasylum.org.

La coalition Feminist Asylum regroupe des mouvements, collectifs, associations, partis et syndicats engagés dans la défense des droits des migrants et des droits des femmes et des personnes LGBTQIA+ en Suisse comme dans d’autres pays d’Europe.

www.feministasylum.org

Articles correspondant: Suisse »