Vous êtes ici

Budget neuchâtelois accepté

Neuchâtel: budget accepté - bénéfice de 10,3 millions

Le Grand Conseil neuchâtelois a accepté mardi à une très large majorité le budget 2022, qui devrait dégager un excédent de 10,3 millions de francs, grâce à un prélèvement de 51,4 millions dans la réserve conjoncturelle. Sept députés UDC et un popiste s'y sont opposés.

Le Grand Conseil, à majorité de droite depuis les élections du printemps, est entré en matière sur le budget (archives).

(ats) "Ce budget est le plus incertain des dix budgets que j'ai établis depuis mon entrée en fonction", a déclaré Laurent Kurth, conseiller d'Etat, en charge des finances. Il confirme néanmoins le redressement de la structure financière, même si les finances ne sont pas stabilisées puisqu'un déficit est attendu ces prochaines années et qu'il pourrait se monter à environ 145 millions en 2025, a-t-il ajouté.

"C'est un budget de transition", a rappelé le conseiller d'Etat. Il a été élaboré en grande partie par l'ancien Conseil d'Etat, qui était à majorité de gauche. Le nouveau gouvernement, où les PLR ont la majorité depuis mai, présentera son plan de législature et les options financières qui en découlent en mars prochain.

Laurent Kurth a expliqué que les investissements prévus se montent à 114 millions de francs. Il s'agit de l'enveloppe la plus élevée de ces 15 dernières années.

Si l'UDC a approuvé d'entrer en matière sur le budget, elle a refusé de l'accepter, car ce dernier soulève "d’importantes inquiétudes. Les réserves, qui pallient les imprévus et situations extraordinaires, ne sont pas éternelles pour autant, et rien ne nous laisse penser à ce jour qu’elles pourront être renflouées à court ou moyen terme", a expliqué Lionel Martin.

Les groupes libéral-radical et Vert'libéral-Le Centre se sont aussi montrés inquiets de l’évolution "préoccupante" de la dette qui va augmenter de 200 millions de francs. Pour le député PLR Damien Humbert-Droz, la dette, qui devrait passer à 2,2 milliards en 2022, est un risque que l'on fait supporter aux générations futures.

Les socialistes sont satisfaits de constater que le Conseil d'Etat prévoit de continuer d'investir, qu'il n'applique pas, dans cette situation de crise, une politique d'austérité et qu'il prévoit une extension du droit aux subsides maladie, a déclaré Martine Docourt Ducommun.

Le groupe VertPOP est rassuré de voir que le canton est capable de "présenter un budget permettant de survivre une année de plus aux méandres de la pandémie de Covid-19 tout en prévoyant d’importants investissements", a déclaré le Vert Niels Smith. "Les défis restent grands pour maintenir l'équilibre. Le plan climat reste au coeur de nos préoccupations et devra être doté de moyens réalistes pour faire face à la situation", a-t-il expliqué.

Lors du vote sur le budget, les députés ont accepté un amendement socialiste de 700'000 francs, pour une aide supplémentaire à la culture, touchée par les mesures sanitaires. La somme sera puisée dans la réserve de politique conjoncturelle. Cela fera passer le prélèvement à cette réserve à 51,4 millions, contre 50,7 millions prévus au départ par le Conseil d'Etat.

Les députés ont aussi approuvé la loi sur le dossier électronique du patient, qui aura une incidence financière de 450'000 francs en 2022 et de 500'000 francs les trois années suivantes. Ils ont aussi accepté le déplafonnement du niveau de la cotisation des employeurs dans le domaine de l'accueil des enfants, malgré l'opposition du PLR. Cela devrait permettre des recettes supplémentaires de 600'000 francs.

Articles correspondant: Suisse »