Vous êtes ici

Bienne

Trente minutes pour transmettre leurs idées

Organisé à la manière d’un «speed dating», le podium électoral de mercredi soir a vu s’enchaîner trois débats. Les candidats n’avaient que peu de minutes pour convaincre.

Les candidats francophones de la région au Conseil national

Julie Gaudio

L’atmosphère était plutôt détendue et studieuse durant les débats organisés mercredi soir au rez-de-chaussée du Centre de la communication de Bienne. A l’occasion des élections fédérales du 20octobre prochain, les médias du groupe Gassmann (dont fait partie Le JdJ) ont organisé un podium électoral avec des candidats des régions germanophone et francophone, en lice pour les deux chambres du parlement fédéral (voir ci-dessous).

Les candidats romands au Conseil national se sont affrontés autour de deux thèmes: la représentativité francophone au parlement et le climat. «Est-ce important selon vous d’avoir un député romand représentant le canton de Berne sous la Coupole? Si oui, seriez-vous prêt à voter pour un autre parti?» a demandé d’emblée Julien Grindat, directeur des rédactions convergentes, qui animait le débat. Si tous les candidats ont répondu par l’affirmative à la première question, les réticences se sont fait sentir à la suivante pour certains. Sébastien Flury (PVL) a affirmé qu’il ne serait pas prêt à donner sa voix à «un climato-sceptique», tout en regardant son voisin, Manfred Bühler (UDC), qui siège actuellement sous la Coupole.

Urgence climatique?

Concernant le thème du climat, si (presque) tous les candidats admettent qu’il y a une urgence, excepté le député UDC, les solutions proposées divergent. Christine Bühler (PBD) souhaite par exemple taxer les grosses voitures qui consomment: «A la campagne, on a certes besoin d’une voiture, mais pas de grosses cylindrées», a-t-elle affirmé. Sébastien Flury souhaite quant à lui encourager la mobilité à la campagne via le train et le covoiturage. Pour Tom Gerber (PEV), la lutte contre le réchauffement climatique doit «commencer chacun chez soi», par des petits gestes simples, comme privilégier le train ou le vélo. La responsabilité n’est pas qu’individuelle, pour Sandra Roulet Romy (PS): «Il faut cesser les importations d’énergie fossile». Si le jeune Nicolas Rubin (PLR) reconnaît l’urgence climatique, il argue «qu’il ne faut pas paniquer mais prendre le temps de réfléchir à des solutions efficaces». Moussia de Watterville (Les Verts) va encore plus loin en déclarant que l’urgence est aussi environnementale. Pour elle, il faut écouter les universitaires: «On a des cerveaux, faisons-leur confiance!»

Mohamed Hamdaoui (PDC) est convaincu que la Suisse doit «donner l’exemple»en aidant notamment les habitants des pays du Sud (comme le Brésil) à trouver des solutions contre cette urgence climatique. «Faisons de la Suisse, non pas une île, mais un phare!» A l’inverse, Manfred Bühler est d’accord pour taxer les billets d’avion, à condition que la Suisse ne soit pas le seul pays à le faire.

Avec huit candidats durant 30 minutes, il était difficile d’en dire plus. Cela a-t-il été assez pour convaincre? Pour certains spectateurs, assurément, et une phrase de travers suffisait parfois pour que le nom d’un candidat soit biffé de la liste qu’ils s’étaient faite.

Un podium, trois débats

Pour le débat francophone du Conseil national ont pris part les candidats suivants: Christine Bühler (PBD, Tavannes), Manfred Bühler (UDC, Cortébert), Sébastien Flury (PVL, Corgémont), Tom Gerber (PEV, Reconvilier), Mohamed Hamdaoui (PDC, Bienne), Sandra Roulet Romy (PS, Malleray), Nicolas Rubin (PLR, Moutier) etMoussia de Watteville (Les Verts, Tramelan). Il était animé par Julien Grindat, directeur des rédactions convergentes du groupe Gassmann. Sept candidats germanophones au National de la région du Seeland se sont également affrontés dans un débat animé par Tobias Graden, journaliste au «Bieler Tagblatt». Enfin, le troisième débat a opposé six candidats au Conseil des Etats et il était animé par Bernhard Rentsch, membre de la rédaction en chef. Les débats se sont conclus par un apéritif. JGA

Articles correspondant: Région »