Vous êtes ici

Bilan

Tout baigne à la piscine

Les gérants des infrastructures en plein air de Saint-Imier, Tramelan et Moutier sont satisfaits de leur saison.

Malgré la pandémie, la piscine de Moutier connaît un bilan finacier identique aux années précédentes. Crédit photo: archives

Par Marisol Hofmann

Malgré une ouverture tardive et les contraintes liées aux mesures de sécurité, les piscines extérieures du Jura bernois dressent un bilan plutôt positif de cette saison particulière. Contre toute attente, le coronavirus n’aura eu que très peu d’incidence sur la fréquentation. Ou du moins pas de la manière attendue.


A quelques jours de sa fermeture, la piscine d’Erguël peut déjà se targuer d’avoir enregistré plus d’entrées que l’année dernière à la même période. «Contrairement aux autres années, nous n’avons pas vraiment connu le creux des vacances horlogères», explique Jessica Renfer, cheffe du Service des bâtiments et infrastructures sportives de Saint-Imier. «La population est restée par ici.»


Du côté de la piscine de Moutier, qui a fermé ses portes dimanche, le bilan financier de cette saison est similaire aux précédentes. «Les entrées d’argent ont toujours varié entre 140 000fr. les meilleures années et 120 000fr. les moins bonnes. A ma connaissance, le résultat pour cette saison devrait rester dans ces eaux-là», assure Marco Fernandez, chef du Service des bâtiments. Il ajoute que les frais liés à la mise en place des mesures de protection n’ont pas été trop conséquents.


Boycott à Tramelan
La piscine du Château, à Tramelan, est sans doute celle qui a connu le plus de difficultés cette année. Elle a été victime d’un cambriolage et a enregistré une légère baisse de fréquentation, notamment de la part des habitués. Non pas à cause du coronavirus mais pour une question de coûts.


«Les familles ont été désavantagées par rapport aux autres années avec la suppression des habituels abonnements de saison», concède André Ducommun, conseiller municipal responsable de la piscine.


L’unique proposition d’un abonnement dit «de soutien» à 250fr. avait d’ailleurs fait jaser la population, il y a quelques mois. Dans notre édition du 28 juillet, plusieurs Tramelots avaient révélé leur intention de boycotter la piscine pour cette raison, entre autres.


André Ducommun se défend d’avoir pris cette mesure en raison du court délai pour préparer l’ouverture de la piscine, à laquelle les autorités avaient initialement décidé de renoncer. Il espère un retour à la normale pour l’an prochain et compte rétablir le système d’abonnements de saison habituel.


Tourisme local et frontalier
La piscine de Tramelan a toutefois accueilli, cet été, une nouvelle clientèle, principalement des touristes en provenance de Suisse allémanique ou de France voisine. Même constat du côté de Moutier et Saint-Imier. «Nous avons été agréablement surpris par la venue de nouveaux clients, notamment au mois de juillet», relate Marco Fernandez.


Cette affluence de touristes dans les bassins extérieurs de la région, en fin juillet/début août, peut être liée, selon les responsables des piscines de Moutier et Tramelan, à la fermeture de celle de Porrentruy aux personnes ne résidant pas en Suisse, suite à des incivilités commises par de jeunes fauteurs de troubles français.


Les trois infrastructures saluent en outre la compréhension dont ont fait preuve les baigneurs concernant les mesures de sécurité. «Nous avons invité les visiteurs à venir quelques heures par jour plutôt qu’une journée entière afin de permettre à l’ensemble de la population de profiter de la piscine, dont la capacité d’accueil a été réduite de moitié (de 800 personnes à 390), et la plupart a joué le jeu», souligne Jessica Renfer.


Entre le coronavirus qui a finalement eu l’effet secondaire de booster le tourisme local, et la canicule, les piscines en plein air de la région auront bien évité le plongeon. 

Articles correspondant: Région »