Vous êtes ici

Coronavirus

Lettres à nos aînés (36)

Une sacrée leçon de vie

Cher Sam, mon ami aujourd’hui disparu,

Grâce à toi, j’ai vécu durant ces dernières années une aventure extraordinaire qui m’a ouvert les yeux sur la dernière étape de notre chemin de vie. Un peu par hasard, je suis devenu ton coach, alors que 50 ans plus tôt, tu avais été mon entraîneur de basketball. N’ayant plus de famille, tu avais rejoint la nôtre, élargie de notre cercle d’amis communs. Ta santé devenant très précaire, tu acceptas de te déplacer dans un EMS où, pratiquement chaque jour, tu recevais une visite de l’un ou l’autre d’entre nous. Le personnel soignant – auquel je rends un vibrant hommage aujourd’hui – s’étonnait de voir autant de monde t’encadrer, davantage disait-il, que les résidents ayant des liens familiaux!

Alors que tu aurais eu mille raisons de lâcher prise, tu nous as montré combien il était important de se fixer des objectifs. En quelques jours, ta chambre de home, qui ressemblait au départ davantage à une chambre d’hôpital, se métamorphosa en un lieu de vie exceptionnel. Avec notre aide, tu nous invitas à y intégrer tes plus beaux meubles, tableaux et autres souvenirs familiaux et sportifs. Puis, tu remis de l’ordre dans tes albums de photos et lettres échangées tout au long de ta vie, tu t’intéressas à diverses émissions d’actualité télévisées et radiophoniques pour en échanger le contenu avec nous tous. Ton état de santé s’aggravant, tu abandonnas tes cannes pour un rollator, puis celui-ci pour une chaise roulante. Cependant, durant toute cette période, tu ne cessas de te fixer des objectifs quotidiens que tu réalisais avec notre complicité: assister à un match de basketball, rassembler tes proches dans ton mobile home au bord de la Thielle, où tu insistas pour te baigner, organiser pour le home et tes amis une conférence d’un apiculteur de la région, faire pousser des fleurs sur ton balcon et y installer une mangeoire pour les oiseaux... tout cela peut-être simplement pour rester vivant?

Alors que tu te demandais pourquoi ton entourage t’apportait toujours autant d’attention et de chaleur humaine, combien de fois t’ai-je répondu que tu recevais tout simplement en retour ce que tu avais donné.

Cher Sam, qu’aurais-tu inventé aujourd’hui pour traverser cette épreuve qui nous accable tous? D’une façon ou d’une autre, je le sais, tu aurais trouvé le moyen de garder intacts nos liens... pourquoi pas avec l’aide d’un ordinateur, alors même que jusque-là tu n’en avais jamais utilisé!

J’ai appris avec toi que le métier de coach ne s’arrête pas lorsqu’on n’a plus de champions à former mais que tous les êtres chers qui nous entourent méritent d’être accompagnés avec bienveillance et amour.

Jean-Pierre Egger, coach sportif, La Neuveville

Quelques-unes de ces lettres sont lues dans l’émission de la RTS «Porte-Plume», diffusée du lundi au vendredi de 11h à 11h30. Une opération de Romandie Combi: Le Journal du Jura, Le Nouvelliste, ArcInfo, Le Quotidien Jurassien, La Liberté, La Côte. Et aussi le mensuel Générations.

Articles correspondant: Région »