Vous êtes ici

Bienne

Du sens à ce qu'il fait

Géologue, ingénieur de l’environnement, formateur d’adultes, papa et blogueur, Marc Münster est le nouveau directeur de sanu SA, une entreprise de conseils dans le développement durable.

Photo Matthias Käser

Marjorie Spart

Lorsqu’il a choisi son domaine d’études, Marc Münster désirait travailler au grand air et plutôt en solitaire. Il a choisi la géologie. Bilan des courses, 17ans plus tard, «je fais exactement l’inverse de ce que j’imaginais: je travaille dans un bureau et en contact avec de nombreuses personnes», sourit celui qui est, depuis le 1er mai, directeur de sanu SA, l’entreprise biennoise de formation et conseils pour un développement durable. Marc Münster, 41 ans, n’est pas un nouveau venu dans cette entreprise: il y est entré il y a 16 ans.

Après un diplôme post-grade en ingénierie de l’environnement (à l’EPFL), le Lausannois travaille sur un projet de développement durable pour le canton de Vaud. Un projet coaché par sanu. Un premier contact qui lui a fait mettre un pied dans l’entreprise. Plusieurs formations continues plus tard – notamment dans la formation d’adultes et le management –, Marc Münster entre à la direction de sanu, en 2009. En prendre la tête, une suite logique? «Oui et non. On peut penser que 16 ans dans une même société, c’est long. Mais mon travail me plaît par sa diversité et par l’influence directe que l’on a sur les entreprises ou collectivités à qui nous proposons nos services. J’ai l’impression que ce que je fais a du sens. De plus, même au poste de directeur, je conserve mes activités de formation et de coaching», explique-t-il en louant également la grande liberté d’action que possèdent les 24 collaborateurs de la société. Chacun gère ses projets, propose ses formations et accompagne ses mandataires de la manière qu’il juge la plus adéquate et viable économiquement.

A son nouveau poste, Marc Münster n’entend pas révolutionner les choses. Il envisage cette fonction comme une chance d’offrir davantage de visibilité à sanu, qui est déjà active dans toute la Suisse, dans les deux langues.
En 15 ans, le nouveau directeur a pu constater des changements profonds face au développement durable. «Au début, nous formions les pionniers dans le domaine, alors qu’aujourd’hui c’est devenu la norme d’avoir la durabilité en tête, même si elle est encore considérée par les entreprises comme une contrainte supplémentaire», détaille-t-il.

Du côté des femmes
Si le Vaudois, désormais établi à Berne avec sa femme et ses deux filles, a toujours été sensible à la nature, «sans être un ayatollah de l’écologie», il fait davantage attention à ses choix de consommateur depuis qu’il travaille chez sanu. «Je privilégie le local, la qualité, je répare au lieu de jeter et je passe surtout des vacances en Suisse.»

Côté hobby, il dit apprécier la nature, le jardinage et la cuisine. Des activités qu’il met volontiers en scène sur les réseaux sociaux où il est particulièrement actif. Dans sa nouvelle fonction, devra-t-il mettre la pédale douce côté internet? «Normalement, il n’y a pas d’influence entre ce que je poste et mon travail. J’évite les conflits d’intérêts. Je pense que les réseaux sociaux peuvent profiter à sanu.» Il estime que ses activités sur le web lui confèrent autant d’impact qu’un engagement en politique. C’est donc pour lui le moyen de faire avancer le débat.

Le Vaudois tient aussi un blog sur le site du Temps où il évoque surtout la vie quotidienne et quelques réflexions personnelles. Un de ses textes lui a d’ailleurs valu un grand coup de projecteur – notamment un reportage dans Mise au point (RTS1): celui sur sa vasectomie. Un acte qu’il considère comme son moyen de prendre en charge la contraception et libérer sa femme de cette contrainte. Un acte militant féministe? «Je ne milite pas au sens strict pour l’égalité. Mais je ne me gêne pas de dire que la situation est insatisfaisante et essaie de faire ma part des choses.» Pour déconstruire les modèles, il agit surtout dans le cadre familial: «Je m’occupe du repassage ou de la couture. Et j’enseigne à mes filles à ne pas tomber dans le cliché de genre.»

Vision d’avenir
Sanu SA propose des formations et du coaching aux entreprises et aux collectivités publiques dans le domaine de la durabilité, sur des aspects écologiques, sociaux et économiques. Par ses conseils et formations, sanu rend ses interlocuteurs compétents pour la mise en œuvre de stratégies individualisées de développement durable.

Articles correspondant: Région »