Vous êtes ici

Champs-de-Boujean

Des places de parc convoitées

La Ville en fait-elle assez en matière de places de parc aux Champs-de-Boujean?

Le parking tant convoité de la rue de Zurich. (Adrian Streun)

Vivian Bologna

Y a-t-il suffisamment de places de stationnement aux Champs-de-Boujean pour les travailleurs? Est-ce le rôle de la Ville d’en mettre à disposition des employés des entreprises? Cette question est à nouveau d’actualité, depuis que la Ville a loué du 9 février au 1er mars les places de parcs tout à l’Est de la rue de Zurich à des gens du voyage. «Les 12 dernières caravanes sont parties vendredi, indique René Geiser, responsable de l’Inspection de police. Quelque 20 véhicules au maximum ont stationné là durant ces trois semaines de février.»

Hier, une nouvelle famille s’est annoncée et la Ville a entamé des négociations. Une présence qui n’est pas gratuite, puisque chaque caravane s’acquitte de 10 fr./jour pour la mise à disposition de containers pour les déchets et d’eau courante. La présence de gens du voyage exacerbe les frustrations d’employés estimant avoir davantage de droits qu’eux, à l’instar de ce lecteur ayant pris sa plume pour nous écrire: «Les gitans peuvent y accéder quand ils veulent. A voir les efforts que la Ville fait (pour eux), ces personnes ont bien plus de valeur que le petit contribuable qui travaille et paie ses impôts.»

Des places gratuites
Ne pouvant se garer – gratuitement – sur la cinquantaine de places de stationnement louées par les gens du voyage, Vincent Rieder, habitant de Péry, a donc écopé le 20 février dernier, comme d’autres personnes, d’une amende de 40 fr. pour ne pas avoir parqué son véhicule dans un lieu approprié. Il conteste donc la douloureuse auprès de la Ville de Bienne en date du 25 février, estimant avoir le droit de pouvoir parquer gratuitement aux Champs-de-Boujean. Il reconnaît néanmoins qu’il a peu de chances d’obtenir gain de cause: «Je trouve totalement inadmissible d’amender des travailleurs qui n’ont absolument aucun endroit où se garer.»
Une exigence qui ne suscite guère de compassion du côté de René Geiser. «De nombreuses entreprises mettent des places de parc à disposition de leurs employés. Ce n’est pas à la Ville de s’occuper de cela. Par ailleurs, les 50 cases gratuites sont parfois utilisées par des clients de la Coop qui ne souhaitent pas dépenser un centime en allant faire leurs courses.» Vincent Rieder l’admet: l’entreprise qui l’emploie ne propose qu’une seule place de stationnement pour sa dizaine de salariés. «Il n’a pas la capacité, ni la possibilité d’en avoir plus», souligne Vincent Rieder. D’autres firmes du quartier font parfois d’énormes efforts pour répondre aux besoins de mobilité de leurs employés: places de parc, participation aux frais de transports publics. Vincent Rieder n’envisage pas de laisser son véhicule au garage et d’emprunter la ligne 73 des Transports publics biennois qui relie les Champs-de-Boujean à Péry: «J’ai des horaires irréguliers et je ne suis donc pas certain de pouvoir prendre le bus qui ne passe qu’une fois par heure devant notre entreprise.»

Le maire Erich Fehr, à la tête de l’Urbanisme, enfonce le clou et rappelle que la Ville veut lutter contre les bouchons aux Champs-de-Boujean en favorisant la mobilité douce. Pas question donc d’augmenter le nombre de places de stationnement: «Velospot, la nouvelle gare CFF des Champs-de-Boujean ainsi que le passage à la cadence au quart d’heure de la ligne 2 sont autant de mesures qui doivent favoriser la réduction du trafic motorisé individuel. D’ailleurs, le parking gratuit de la rue de Zurich est une exception qui ne se justifie plus aujourd’hui avec le développement du quartier. Tôt ou tard, il deviendra une zone bleue.»

Un lieu pour les gens du voyage?

Après avoir accepté une intervention parlementaire écologiste, le Conseil de ville a mandaté l’exécutif pour qu’il trouve un lieu pour les gens du voyage. Le parking de la rue de Zurich fait office de solution provisoire. «Il s’agit notamment de proposer des solution pour les familles suisses, mais aussi pour les gens du voyage étrangers. Le canton, qui a élaboré un projet, n’a pas encore trouvé de solutions. Le Municipal se penchera sur ce dossier ces prochains mois», indique André Glauser, délégué biennois à la Sécurité.

Articles correspondant: Région »