Vous êtes ici

Trudeau bataille lors d'un dernier débat

"Menteur compulsif": haro sur Trudeau lors du dernier débat

Le Premier ministre Justin Trudeau a dû batailler ferme jeudi pour défendre sa politique en matière d'environnement lors du dernier débat avant les élections du 21 octobre. En face de lui, son rival conservateur l'a traité de "menteur compulsif".

(ats) Alors que les sondages donnent toujours conservateurs et libéraux au coude-à-coude, ce débat, en français, s'est déroulé dans une ambiance moins tendue et moins cacophonique que le précédent, lundi dernier en anglais. M. Trudeau, qui a fait de l'environnement l'une de ses priorités affichées, a été une nouvelle fois attaqué pour sa décision controversée de nationaliser l'oléoduc Trans Mountain.

"Il faut arrêter tous les oléoducs et les gaz de schiste partout au Canada", a lancé la cheffe des Verts Elizabeth May. La jeune militante suédoise "Greta Thunberg a raison: notre maison est en feu, comment osez-vous ?", a-t-elle ajouté. M. Trudeau a assuré que les profits de ce pipeline, destiné à faciliter l'exportation du pétrole canadien vers l'étranger, seraient réinvestis dans la transition écologique.

Renvoyant dos-à dos M. Trudeau et M. Scheer, grand défenseur de l'industrie pétrolière de l'Alberta, le chef du Nouveau Parti démocratique (gauche) Jagmeet Singh a une nouvelle fois manié l'humour et les petites phrases. "Ici on a M. Pipeline et ici on a M. Pipeline", a-t-il lancé. "Moi je suis Jagmeet Singh et je ne vais jamais imposer de pipeline".

M. Trudeau a contre-attaqué en accusant le chef conservateur de "proposer des baisses d'impôt pour les plus riches". Il a rappelé que le parti conservateur n'avait toujours pas dévoilé sa plateforme électorale avec des prévisions financières chiffrées. "Il est où, ton plan?", a-t-il demandé.

"Vous êtes un menteur compulsif", a rétorqué M. Scheer, lors d'un des rares échanges un peu vifs de la soirée. M. Scheer, moins à l'aise lors des débats en français, s'est engagé à équilibrer le budget en cinq ans et il a rappelé que les baisses d'impôt qu'il promet à la classe moyenne seraient en partie financées par une réduction de 25% de l'aide internationale du Canada.

Les derniers sondages donnent toujours libéraux et conservateurs à quasi-égalité, à environ 31% des intentions de vote, devant le NPD. Les projections en nombre de sièges prédisent un gouvernement minoritaire, qui obligera le futur Premier ministre, Justin Trudeau ou Andrew Scheer, à faire alliance avec un autre parti.

Articles correspondant: Monde »