Vous êtes ici

Les Kurdes luttent contre l'attaque turque

Les forces kurdes luttent pour contrer l'attaque de la Turquie

L'offensive d'Ankara contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie a provoqué jeudi la fuite de milliers de civils face à l'avancée des forces turques. Elle suscite aussi un tollé international.

(ats) Donald Trump a évoqué dans ce contexte la possibilité d'une médiation américaine dans le conflit entre la Turquie et les Kurdes.

"Nous avons un des trois choix suivants: envoyer des milliers de soldats pour gagner militairement, frapper la Turquie très dur financièrement et avec des sanctions, et jouer les médiateurs en vue d'un accord entre la Turquie et les Kurdes", a écrit le locataire de la Maison Blanche dans un tweet.

Accusé d'avoir trahi ses alliés kurdes en ordonnant le retrait de soldats américains de certaines zones frontalières en Syrie, Donald Trump avait auparavant a espéré que son homologue turc agirait de manière "rationnelle" et "humaine" en Syrie.

A New York, à l'issue d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU, les cinq pays européens y siégeant - Paris, Berlin, Bruxelles, Londres, Varsovie - ont eux exigé l'arrêt de l'"action militaire unilatérale" de la Turquie. De son côté, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres, a exprimé sa "profonde inquiétude".

Depuis mercredi soir, Ankara a lancé la phase terrestre de son offensive, concentrant ses attaques dans les secteurs frontaliers de Ras al-Aïn et de Tal Abyad, contrôlés par les forces kurdes. Les forces turques ont conquis 11 villages près de ces deux villes, d'après l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui rapporte aussi des raids aériens turcs.

Au moins 29 combattants des forces kurdes et 10 civils ont été tués par les frappes aériennes et les tirs d'artillerie de l'armée turque depuis mercredi, selon l'OSDH. La Turquie affirme de son côté qu'au moins six civils ont été tués et des dizaines blessés par des projectiles tirés sur des villes frontalières turques par les Kurdes qu'elle a attaqués.

L'opération a déjà provoqué la fuite depuis mercredi de plus de 60'000 personnes, d'après l'OSDH. L'ONG Save The Children a mis en garde contre "un désastre humanitaire imminent".

A Genève, le Haut-Commissariat pour les réfugiés a appelé à un accès humanitaire sans entraves auprès des déplacés. Il demande encore aux parties au conflit d'honorer le droit international humanitaire. De son côté, la Commission d'enquête internationale sur la Syrie s'est dite "gravement préoccupée". Elle appelle à la "retenue".

D'après les médias turcs, la Turquie envisage de prendre le contrôle de la bande entre Ras al-Aïn et Tal Abyad, longue de 120 kilomètres et profonde d'une trentaine de kilomètres, et d'ainsi éloigner de la frontière la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG).

Partenaires des Occidentaux dans la lutte contre l'organisation Etat islamique (EI), les YPG sont considérées comme une organisation "terroriste" par Ankara pour leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

Pour Ankara, l'offensive doit permettre la création d'une "zone de sécurité" où pourront être installés une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens vivant sur son territoire. Face aux critiques européennes, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé d'ouvrir les portes du continent à des millions de réfugiés.

L'offensive est la troisième de la Turquie en Syrie depuis 2016. Sans aviation, il semble difficile pour les FDS de résister à l'armée turque. "La vraie interrogation, c'est jusqu'où peut aller la progression de la Turquie avant son arrêt par des acteurs régionaux ou internationaux", estime Nicholas Heras, analyste au centre de réflexion Center for New American Security.

La Norvège, pays allié de la Turquie au sein de l'Otan, a annoncé la suspension de toute nouvelle exportation d'armements vers Ankara.

L'offensive a été condamnée par plusieurs pays occidentaux, qui craignent l'incertitude quant au sort des milliers de djihadistes prisonniers des FDS. Selon l'administration semi-autonome kurde, des bombardements turcs ont touché mercredi une prison abritant des djihadistes étrangers.

Articles correspondant: Monde »