Vous êtes ici

Globetrotter ferme quatre agences

Globetrotter, quatrième voyagiste suisse, ferme quatre agences

Après Hotelplan jeudi c'est au tour de Globetrotter, quatrième voyagiste en Suisse, d'être contraint de fermer quatre de ses 22 agences en raison de la crise du coronavirus. Le nombre d'emplois supprimés reste pour l'heure indéterminé.

(ats) C'est ce qu'a expliqué vendredi le patron du Globetrotter, Dany Gehrig, interrogé par l'agence de presse AWP. Les agences de Zurich-Europaallee, Zurich-Löwenstrasse, Bern-Aarbergergasse et Interlaken devront mettre la clef sous le paillasson au début de l'année prochaine, a précisé M. Gehrig.

Actuellement, 240 personnes collaborateurs travaillent chez Globetrotter. Les différentes équipes de l'opérateur devront faire des suggestions. La seule condition imposée par M. Gehrig : "Avec un chiffre d'affaires qui l'année prochaine devrait être inférieur de 40% Globetrotter doit viser une marge opérationnelle d'au moins 1,5%".

Et d'ici 2023, le bénéfice d'exploitation devrait renouer avec une fourchette comprise entre 2 à 3% - en d'autres termes, au niveau précédant la crise. "Mais sans doute avec un chiffre d'affaires plus bas", a insisté le directeur général de Globetrotter.

Le groupe zurichois, comme toute l'industrie du voyage, souffre d'une chute drastique de l'activité touristique. En 2020 les revenus de Globetrotter devraient dégringoler de 70%. "Aucune nouvelle réservation ne tombe pour l'instant", déplore M. Gehrig. Il se dit convaincu que malheureusement l'exercice en cours se terminera sur une perte.

Parallèlement, Globetrotter a décidé de rationaliser son conseil d'administration qui à l'avenir ne comptera plus que cinq membres seulement contre dix actuellement. Outre M. Gehrig, Caroline Bleiker (responsable des ventes), Heinz Wyss (directeur financier), Sven Ziörjen (directeur du marketing) et Christian Blattmann (responsable opérationnel) resteront en place.

Avec l'introduction de telles mesures d'ici la fin de l'année, M. Gehrig estime que le voyagiste est bien préparé pour l'après coronavirus. "Notre objectif est de faire traverser notre navire au zénith de la tempête, de conserver une grande partie de l'équipage à bord et de ramener les autres membres à terre avec dignité", conclut Dany Gehrig.

Articles correspondant: Economie »