Vous êtes ici

Credit Suisse se réorganise

Credit Suisse réorganise ses activités de banque d'affaires

En marge de résultats trimestriels solides, Credit Suisse a annoncé la réorganisation de ses activités de banque d'affaires. D'autres mesures doivent permettre de générer des gains d'efficience

(ats) Au 1er août, la banque sera dotée d'une nouvelle division dédiée à la banque d'affaires mondiale (Investment Bank). Cette plateforme globale permettra "d'avoir la taille critique" pour servir ses clients, précise le communiqué.

Cette nouvelle division regroupera les segments Global Markets, Investment Banking & Capital Markets et Apac Markets. Elle intègrera un segment Global Trading Solutions (GTS), qui combinera International Trading Solutions et APAC Solutions.

Grâce à cette nouvelle division, la banque compte tirer parti du "très bon dynamisme" de la banque d'investissement et compte produire un rendement des fonds propres réglementaires d'au moins 10% à moyen terme.

Parmi les autres changements structurels, une nouvelle fonction de "Chief Risk and Compliance Officer" (CRCO) verra également le jour au directoire, qui sera occupée par Lara Werner. Elle permettra de "décomplexifier le modèle opérationnel", d'éliminer les doublons et d'accélérer la prise de décision.

Enfin, une nouvelle fonction "Sustainability, Research & Investment Solutions" (SRI) sera intégrée au niveau du directoire pour mettre l'accent sur la durabilité, la banque souhaitant fournir au moins 300 milliards de francs de financements durables au cours de la prochaine décennie. Le poste sera occupé par Lydie Hudson.

Dans ce contexte, une transition est prévue concernant les affaires dans le secteur pétrolier et gazier et des exclusions seront observées concernant le secteur du charbon et les activités dans la région arctique, précise la banque.

Afin d'accélérer la croissance dans les trois divisions de gestion de fortune - Asia Pacific, International Wealth Management et Swiss Universal Bank - la banque a également réaffirmé son objectif d'allouer environ deux tiers du capital déployé à ces divisions à moyen terme.

Le rendement des fonds propres réglementaire doit dépasser 20% dans ces trois divisions prises collectivement.

Sur le plan des coûts, dès 2022, la banque vise une réduction du taux de frais annualisé d'environ 400 millions par an. Ces montants seront réinvestis dans les initiatives de croissance. Les charges de restructuration devraient de leur côté atteindre 300 à 400 millions sur la durée du programme, qui devrait être mené en une année.

Au niveau des objectifs financiers, à moyen terme, la banque ambitionne d'inscrire un rendement des fonds propres tangibles de 10 à 12%, un ratio de fonds propres durs CET1 d'environ 12% et un ratio de levier CET1 d'environ 4%.

Articles correspondant: Economie »