Vous êtes ici

Prison ferme pour un activiste antispéciste

Un militant antispéciste condamné à douze mois de prison ferme

Le Tribunal de police de Genève a condamné vendredi un militant antispéciste à douze mois de prison ferme pour des actes de vandalisme en lien avec la cause animale. Une autre activiste a écopé de sept mois avec sursis.

(ats) L'homme de 28 ans, qui a déjà passé onze mois en détention préventive à Champ-Dollon, a été reconnu coupable de dommage à la propriété considérable, violation de domicile, contrainte et empêchement d'accomplir un acte officiel. Le tribunal a retenu plusieurs cas pour lesquels sa culpabilité est établie.

Parmi ceux-ci, le saccage d'un abattoir à Perly (GE), l'attaque des locaux du service vétérinaire de Fribourg et l'occupation d'un abattoir Bell à Oensingen (SO). L'homme, déjà condamné cinq fois par le passé pour des actes de petite délinquance, a en revanche été acquitté faute de preuve pour plusieurs caillassages de vitrines de boucheries.

Une autre activiste de la cause animale, qui comparaissait à ses côtés, a été reconnue coupable des mêmes chefs d'accusation. Comme son camarade, cette jeune femme de 22 ans a aussi été acquittée faute de preuve dans plusieurs cas de caillassages. Son implication dans la mise à sac de l'abattoir de Perly n'a pas non plus été prouvée.

Le Tribunal de police n'a pas retenu de circonstances atténuantes pour mobile honorable: défendre la cause animale ne permet pas de commettre des infractions. Les juges ont en revanche considéré les fautes comme "conséquentes" et estimé que ces actes ont été menés "au mépris certain des règles en vigueur".

La collaboration des activistes, qui n'ont pas répondu aux questions pendant leur procès, a été jugée mauvaise. Les juges ont aussi relevé l'absence de prise de conscience.

Pour rappel, le Ministère public reprochait aux deux accusés 18 actes de vandalisme commis de janvier à novembre 2018, allant des caillassages de boucheries, de restaurants ou de commerces de fourrure à des sabotage d'abattoirs. Les militants n'ont jamais été pris en flagrant délit. L'acte d'accusation retenait aussi l'occupation de l'abattoir Bell à Oensingen. La somme totale des dégâts atteignait 300'000 francs.

Le procureur Adrian Holloway avait demandé des peines ferme de 18 et douze mois pour les deux prévenus. Même s'il s'est déclaré globalement satisfait à l'issue du procès, il considère la peine du principal prévenu comme clémente compte tenu des dégâts occasionnés.

La défense avait plaidé l'acquittement en insistant sur la vacuité du dossier et la nécessité pour les antispécistes de sensibiliser à la cause. L'avocat du principal accusé, Olivier Peter, a annoncé qu'il ferait appel du jugement. Venus soutenus leurs camarades dans la salle du Tribunal, plusieurs militants ont pleuré à l'annonce du verdict.

Enfin, un troisième militant de 21 ans était jugé en même temps, car il avait fait appel de sa condamnation pour l'occupation de l'abattoir d'Oensingen et le dessin d'un tag dans un établissement genevois. Le tribunal l'a condamné à 20 jours-amende.

Le jeune homme avait expliqué à la cour les raisons de son engagement dans le mouvement antispéciste. Un plaidoyer dont les juges ont tenu compte pour fixer sa peine.

Articles correspondant: Divers »