Vous êtes ici

Le Centre Paul Klee expose A. Schwarzenbach

Le travail photographique d'A. Schwarzenbach au Centre Paul Klee

Pour la première fois en Suisse, une exposition est consacrée au travail photographique d'Annemarie Schwarzenbach. Le Centre Paul Klee présente ses tirages dès vendredi sous le titre "Départ sans destination".

(ats) Ecrivaine, journaliste, photographe et voyageuse, Annemarie Schwarzenbach, née en 1908, n'avait que 34 ans lors qu'elle décède dans des circonstances troubles après avoir été internée par sa famille. Elle n'en reste pas moins l'une des figures les plus marquantes de l'histoire culturelle suisse du 20e siècle.

C'est la première exposition en Suisse à rendre hommage exclusivement à son oeuvre photographique, indique le Centre Paul Klee dans un communiqué mardi. Elle réunit environ 7'000 clichés réalisés lors de ses longs voyages à travers l’Europe, l’Asie, l’Afrique et l’Amérique entre 1933 et 1942.

Morphinomane, Annemarie Schwarzenbach accompagne la plupart de ses textes - près de 300 articles ont été publiés dans la presse suisse - de ses propres photos. La majorité d'entre elles sont restées inédites de son vivant.

Issue de la haute bourgeoisie et femme de diplomate, elle a bénéficié d’une liberté exceptionnelle pour l’époque jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale. Ses images et ses textes documentent les violents bouleversements que connaît le monde avant la Seconde Guerre mondiale: répercussions de la crise économique de 1929, espoirs mis dans le progrès social, conséquences de la modernisation et de l’industrialisation, menace du fascisme et fascination de l’Europe pour l’"Orient".

Dans ces images se reflètent aussi des thèmes plus personnels, tels que le déracinement, la vie en exil, l’homosexualité ou la rupture avec les rôles traditionnels des sexes.

Cette exposition a été réalisée à partir de la succession d’Annemarie Schwarzenbach. Conservés aux Archives littéraires suisses à Berne, les documents de cette succession sont accessibles au public. L'exposition est à voir jusqu'au 3 janvier 2021.

Articles correspondant: Culture »