Vous êtes ici

Super League: le LS dernier

Super League: Lausanne "lanterne rouge"

Fabio Celestini jouera-t-il sa tête ce jeudi à la Pontaise lors de la venue de Lucerne ?

(ats) La question est posée après la défaite 2-1 des Vaudois à Bâle qui les relègue à la dernière place du classement au soir de la 29e journée de Super League.

L'équipe rachetée cet hiver par Ineos pour basculer dans une autre dimension est, en effet, la nouvelle "lanterne rouge" alors qu'il reste sept matches à disputer. Victorieux 1-0 à Lucerne, le FC Sion a abandonné la dixième place grâce à sa meilleure différence de buts par rapport aux Lausannois. Fort heureusement, les deux clubs romands n'accusent qu'un point de retard sur les Grasshoppers, Thoune et Lugano.

Au Parc Saint-Jacques, où il s'était imposé 2-1 en septembre dernier pour "lancer" véritablement une saison que l'on pouvait croire sans histoire, Lausanne a cédé dans le temps additionnel. Réduits à dix après l'expulsion de Nicolas Gétaz, les Vaudois ont cédé sur une tête d'Albian Ajeti qui en a prolongé une autre de Michael Lang. L'issue est cruelle pour les Lausannois qui étaient parvenus, à la 63e minute grâce à Francesco Margiotta, à répondre à l'ouverture du score de la 11e minute de Kevin Bua.

Si Lausanne cherche encore et toujours à la fois son jeu et sa confiance, le FC Sion est en passe d'enclencher cette série espérée depuis longtemps par son président. Une semaine après son succès 2-0 à Lausanne, la formation de Maurizio Jacobacci s'est imposée 1-0 à Lucerne. Même si le but de Cunha est particulièrement heureux avec une immense bourde du gardien Jonas Olmin qui a cherché à le dribbler, le succès des Valaisans ne souffre aucune discussion. Toujours emmené par Xavier Kouassi et Carlitos, le FC Sion était tout simplement la meilleure équipe sur le terrain.

Le compte à rebours a débuté pour les Young Boys. Victorieux 1-0 du FC Zurich au Stade de Suisse devant 26'702 spectateurs grâce à une réussite de Sekou Sanogo à la 70e minute, les Bernois ne sont plus qu'à trois victoires du Graal. C'est-à-dire de ce titre derrière lequel ils courent depuis 1986. Trois matches à gagner pour rompre enfin le maléfice qui les poursuit depuis trente-deux ans.

Articles correspondant: Actualités »