Vous êtes ici

Abo

Hockey sur glace

L’identité remarquable des Tramelots

Battu deux fois en trois jours, le HCT se voit offrir une dernière occasion de valider son ticket pour la finale des play-off. Alors, vacances ou plaisir prolongé?

par Julien Boegli

Le HC Tramelan veut poursuivre sa belle aventure, qui peut le mener à affronter le voisin delémontain dès samedi en finale des play-off de 2e ligue. Il s’agit pour cela de prendre une troisième fois la mesure de Fleurier ce soir. Après avoir égaré deux pucks de qualification, les Requins ont une dernière chance d’évincer le vainqueur du championnat régulier et de créer une nouvelle surprise après avoir sorti Moutier au tour précédent.

Président du club, Frédéric Haefeli modère son étonnement. «C’est effectivement une surprise si l’on tient compte du classement (réd: Tramelan a fini 7e), mais je ne suis pas totalement étonné non plus de retrouver cette équipe si proche de la finale. C’est la récompense du travail mis en place depuis la reprise.» Présent mardi soir pour étudier son futur rival, Michaël Chételat calque ses propos sur celui du dirigeant tramelot. «Sur le papier, ce groupe n’a rien d’impressionnant. Le retrouver là n’est cependant qu’une demi-surprise. Je connais Martin Bergeron, il sait mener à bien ses projets.» Intronisé coach des hockeyeurs vadais en cours de saison, l’attaquant de Courtételle a partagé le quotidien du Québécois au HC Ajoie lors de l’hiver 2005/06.

Rôle spécifique à chacun
Selon le résultat de ce cinquième opus, les anciens coéquipiers deviendraient dès lors des concurrents sur la glace... comme au travail. Tous deux gèrent en effet leur propre magasin de vente spécialisé dans le matériel et l’équipement de hockey dans la vallée de Delémont. «Nous sommes plutôt partenaires à présent», se marre Chételat, dont la formation vient d’éliminer Sarine en quatre matches. «Cette collaboration nous permet de parler régulièrement de hockey.» Le «Tchet» connaît par conséquent les qualités de son potentiel contradicteur et vante volontiers les mérites d’un homme qui a fait ses preuves à la tête du HC Franches-Montagnes durant près d’une décennie. «Chaque automne, il changeait 10 gaillards, faisait venir des inconnus et atteignait tout de même ses objectifs. Il a souvent connu la réussite. Martin Bergeron parvient à créer quelque chose de bien en donnant un rôle spécifique à chacun. Il a une ligne de conduite et s’y tient. Ce qu’il fait actuellement avec ce jeune groupe est assez remarquable.»

Fleurier ou Tramelan, Chételat s’attend quoi qu’il en advienne ce soir à une série ouverte. «Notre bilan est équilibré face aux deux équipes.» Soit une victoire et un revers en saison régulière. A domicile, contre les Requins, le jour où Bergeron fêtait son demi-siècle en rechaussant une ultime fois les patins, Delémont s’était vautré. «Un match misérable», se souvient le coach de Delémont. Une préférence, tout de même? «Tramelan, forcément. Pour les rentrées financières mais également pour l’intérêt du hockey régional.»

Frédéric Haefeli: «C’est déjà un accomplissement»
Pas par confort, en tout cas. «Cet adversaire n’a plus rien à voir avec celui que l’on a rencontré en cours de saison. Bergeron a parfaitement utilisé ses 22 parties de championnat comme préparation pour les play-off. Les Tramelots sont parvenus à accrocher tout le monde. Je m’y attendais, car leur entraîneur arrive à tirer le maximum de chacun. C’est même l’un des seuls dans cette catégorie qui tourne en permanence à quatre lignes.»

Pour Haefeli, cette stratégie était «voulue et réfléchie». Elle fait partie d’un plan de route établi sur trois ans. «C’est le délai que l’on s’est donné pour monter un collectif compétitif. On voulait éviter de se mettre de la pression au départ, car avec une équipe si jeune, composée d’un bloc et demi de juniors, ça n’aurait servi à rien. Je n’imaginais toutefois pas déstabiliser de la sorte les meilleures cylindrées.»

Ce soir, à 23h, le verdict tombera. «En être arrivé là, c’est déjà un accomplissement. L’automne dernier, j’aurais signé immédiatement pour un cinquième match en demi-finales», conclut Haefeli. Tramelan n’entend pourtant pas s’arrêter en si bon chemin.

Articles correspondant: Actualités »