Vous êtes ici

Coupe Spengler: Un 15e sacre du Team Canada

Le Team Canada trop fort pour la Suisse

L'équipe de Suisse a buté sur la dernière marche à la Coupe Spengler.

(ats) En finale, elle s'est inclinée sur un sec 3-0 contre le Team Canada, qui fête ainsi son quinzième titre à Davos. Avec ce troisième succès consécutif, les Canadiens comptent désormais autant de titres au palmarès que le club organisateur.

Les buteurs ont fait cruellement défaut dans le camp helvétique au moment d'aborder la finale. Le coach national Patrick Fischer avait décidé de se passer sciemment de ses deux meilleurs attaquants, Vincent Praplan et Denis Hollenstein, pour cause de tournus. Il est possible qu'il regrette longtemps ce choix. Son équipe a manqué de percussion quand il a fallu affronter l'excellent gardien Kevin Poulin. Le portier du Medvescak Zagreb, qui n'évolue plus en KHL, a pleinement sécurisé son équipe. Pour sûr, un club suisse à la recherche d'un gardien ferait une bonne affaire en l'engageant.

Les Suisses n'ont jamais vraiment réussi à mettre sous pression les Canadiens. Ils auraient tout de même pu ouvrir le score avec un peu plus de précision au début de la deuxième période quand Blum (21e) et Fazzini (23e) ont joué les "snipers". Mais il en fallait plus pour surprendre Poulin.

En revanche, les joueurs à la feuille d'érable ne se sont pas posé de question après avoir récupéré dans leur camp un palet mal négocié par Bodenmann et Scherwey. Sur le contre, Zach Boychuk (Slovan Bratislava) ne laissait aucune chance à Genoni (28e). Et sur un engagement gagné par McClement, Noreau a profité de la passivité de la défense suisse - y compris celle du gardien du CP Berne - pour inscrire le 2-0 (32e).

Même s'ils ont montré un regain d'enthousiasme au début du dernier tiers-temps, les Suisses n'ont jamais assiégé le but de Poulin et se sont montrés maladroits de loin. Après avoir complètement manqué leur unique période de supériorité numérique, ils ont subi le 3-0 de la canne du Zougois David McIntyre, avec la complicité d'un Genoni bien terne dans cette finale (53e).

Les sélectionnés helvétiques ont paru bien émoussés treize heures après leur large victoire (8-3) contre Davos en demi-finale. Il est certain que le court laps de temps pour enchaîner avec la finale a été un handicap. Mais cela n'explique pas la totale faillite à la finition.

Articles correspondant: Actualités »