Vous êtes ici

Alpes: moins de camions en 2018

Moins de camions ont franchi les Alpes en 2018

Comme les années précédentes, le nombre de camions qui ont franchi les Alpes en 2018 a diminué pour s'établir à 941'000. Malgré cela, l'objectif de 650'000 poids lourds fixé dans la loi n'est pas atteint.

(ats) Les camions étaient tout de même un tiers moins nombreux à traverser les Alpes helvétiques l'an passé qu'en 2000, année où la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) et l'augmentation progressive de la limite de poids à 40 tonnes ont été introduites, indique jeudi l'Office fédéral des transports (OFT) dans un communiqué.

Grâce à un meilleur taux d'utilisation des camions, le nombre de courses a baissé davantage (-1,4 %) que le volume de marchandises transportées par la route (-0,2 %), précise l'OFT.

Après avoir subi des pertes en 2017 en raison des fermetures de ligne à Rastatt (D) et Luino (I), le rail a repris des couleurs en 2018. Il a augmenté sa part de marché à 70,5%. Cette dernière avait chuté de 71% à 70% en 2017.

Malgré cela, le rail n'a pas retrouvé son niveau de performance de 2016. En cause notamment: un manque de ponctualité et de fiabilité. Seuls 44% des trains marchandises sont arrivés à l'heure au cours du second semestre 2018, détaille l'OFT.

Le transport combiné non accompagné (TCNA), soit le transport de conteneurs, caisses mobiles et semi-remorques seuls, reste le premier type de transit. L'an passé, 19 millions de tonnes de marchandises ont été acheminées par voie ferrée par ce biais, un record, relève l'OFT.

Ce dernier reconnaît que l'objectif fixé dans la loi de 650'000 poids lourds n'a pas été atteint. Il pointe du doigt le manque "d'acceptation politique dans les pays voisins d'une bourse du transit alpin ou d'un autre système de contingentement des courses de camions".

L'instance fédérale souligne cependant que "la politique de transfert fonctionne" et permet d'éviter annuellement 700'000 courses de camions à travers les Alpes. L'initiative des Alpes est aussi d'avis que le modèle suisse est couronné de succès.

C'est pourquoi l'association s'oppose à l'abolition de certaines mesures prévue par la Confédération. "Il n'est pas tolérable de supprimer des mesures de soutien pour le transport combiné tant que l'objectif de transfert n'est pas atteint, il faut au contraire renforcer les instruments existants", a insisté jeudi Mathias Reynard, membre du comité, cité dans un communiqué.

L'initiative des Alpes demande donc l'introduction d'une bourse de transit ainsi que l'augmentation de la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) au niveau maximal convenu avec l'UE.

Articles correspondant: Suisse »