Vous êtes ici

Cleantech: l'objectif de la Confédération pas atteignable

L'objectif de la Confédération pour l'économie verte est ambitieux: faire de la Suisse le leader mondial d'ici 2020. Les syndicats, les Verts et les milieux économiques estiment - pour des raisons différentes - que la voie proposée pour y parvenir, le Masterplan Cleantech, n'est pas suffisante.

Pour la ministre de l'environnement Doris Leuthard et son prédécesseur Moritz Leuenberger, le Masterplan Cleantech a été conçu pour montrer que la Suisse peut rattraper son retard en matière d'énergies vertes. Dans le marché en croissance des technologies qui épargnent les ressources naturelles, la Suisse a perdu l'avantage qui était le sien dans les années 1990. <br><br>Des mesures pour améliorer la formation et la recherche, ainsi que des tranferts de technologie et de connaissance doivent inverser la tendance. Pour Travail.Suisse cependant, en terme de transfert de de technologie, la contradiction est flagrante entre les buts visés par le plan et la réalité politique. <br><br>Le transfert des innovations de la recherche dans l'économie pose problème, selon le syndicat. Et ce en raison des mesures d'économie, notamment au sein de l'Office fédéral de l'environnement (OFEV) et de l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). <br><br>Ainsi, on constate une incohérence entre le but du Masterplan et les moyens mis en oeuvre pour le réaliser, selon Travail.Suisse. Si la Suisse veut rattraper son retard par rapport à l'Union européenne, elle doit instaurer de meilleures conditions-cadre. Toutefois, même dans le meilleur des cas, la Confédération ne veut que rattraper l'UE, et non la dépasser. <br><br><br><span style="font-weight: bold;">Document vague </span><br style="font-weight: bold;"><br>Le Parti socialiste et les Verts, qui veulent faire avancer l'économie verte par le biais d'initiatives populaires, se réjouissent que la Confédération empoigne cette thématique. Ils se montrent toutefois critiques, comme l'Union syndicale suisse, envers le manque de financement des quelques 50 mesures décidées jusqu'ici. <br><br>Pour les Verts, le document de 100 pages reste d'ailleurs plutôt «vague». Ils souhaitent atteindre le but à long terme formulé par le plan - une société qui subsiste grâce aux ressources disponibles - d'ici 2050. Les Verts demandent d'ancrer des objectifs intermédiaires et des mesures dans la loi, dans le cas où le but final ne pourrait pas être atteint. <br><br>Opposition à une économie planifiée <br><br>L'idée de fixer des objectifs intermédiaires trouve aussi les faveurs de l'association faîtière des milieux économiques economiesuisse. Ceux-ci doivent toutefois être atteints sans mesures contraignantes de l'Etat. L'organisation voit dans le terme de «plan» de «Masterplan» un rappel de l'économie planifiée communiste. <br><br>D'une manière générale, le Masterplan va conduire à de mauvais résultats, estime economiesuisse. La bonne intention initiale, qui vise à pousser l'économie à utiliser les ressources avec parcimonie, ne doit pas mener à une nouvelle politique industrielle faite de subventions. L'organisation estime suffisants des objectifs librement consentis par les entreprises et des incitations. <br><br>Il est important que les différentes branches de l'économie soient traitées à la même enseigne. La Confédération classe 17 domaines sous la dénomination Cleantech, ce qui est trop peu, selon economiesuisse. Chaque branche peut réduire la pollution qu'elle engendre ou les ressources qu'elle utilise. <br><br><br><span style="font-weight: bold;">L'UDC critique le procédé </span><br style="font-weight: bold;"><br>Le plan est analysé par le Département de l'économie de Johann-Schneider Ammann, et les «milieux intéressés» peuvent se prononcer jusqu'à ce lundi. Les partis politiques n'ont eux pas été explicitement invités à s'exprimer, ce que l'UDC a critiqué. Le parti s'oppose au plan, craignant plus de régulation, une hausse des coûts et une «intervention massive de l'Etat». <br><br>Pour sa part, le PLR critique le fait qu'aucun contrôle des résultats de la stratégie ne soit prévu. Le parti estime aussi que l'accent est mis trop fortement sur les mesures d'encouragement. Le choix de 17 domaines économiques est lui jugé trop restreint, le domaine du bâtiment étant notamment oublié. <br><br>Il ne s'agit pas d'une procédure de consultation au sens strict du terme, fait pour sa part remarquer Ursula Renold, la directrice de l'Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie (OFFT), répondant au reproche de l'UDC. <br><br>«Les deux départements compétents voulaient seulement consulter les milieux concernés avant de soumettre le Masterplan au Conseil fédéral», a-t-elle ajouté. /ats<br>

Mots clés: Economie verte

Articles correspondant: Suisse »