Vous êtes ici

Carl Lutz a sa salle au Palais fédéral

Carl Lutz a sa salle au Palais fédéral

Une "Salle Carl Lutz" a été inaugurée lundi matin au Palais fédéral en présence d'Ignazio Cassis. Elle rend hommage au vice-consul de Suisse à Budapest entre 1942 et 1945, qui avait sauvé quelque 62'000 juifs de la déportation.

(ats) Il s'agit du premier geste officiel durable réalisé en mémoire du "Juste" suisse, alors que la Suisse préside l’organisation intergouvernementale "Alliance internationale pour la mémoire de l'Holocauste", a souligné le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué.

"Cette salle est dédiée à toutes les collaboratrices et à tous les collaborateurs du Département qui, comme Carl Lutz, Harald Feller, Gertrud Lutz-Fankhauser, Ernst Vonrufs et Peter Zürcher en 1944–1945 à Budapest, ont fait preuve d’une grande humanité qui doit nous inspirer", affirme la plaque. Elle porte les noms de quatre autres Suisses qui ont travaillé avec Carl Lutz et ont tous reçu le titre de "Juste parmi les Nations".

Le texte souligne qu’il importe que les valeurs d’humanité et de courage qui ont conduit les actions de Carl Lutz et de ses collègues soient une source d’inspiration pour la diplomatie suisse.

La salle choisie est l’une des plus importantes du DFAE, précise ce dernier. C’est là que se tiennent les séances des cadres et collaborateurs du DFAE et que sont prises d’importantes décisions de politique extérieure.

En procurant des lettres de protection helvétiques, Carl Lutz a réalisé ce qui est considéré comme la plus grande opération de sauvetage de la Seconde Guerre mondiale, sauvant d’une mort certaine en déportation 62'000 juifs.

Nominé trois fois au Prix Nobel de la Paix, premier citoyen suisse élevé comme Juste parmi les Nations et décoré en Hongrie, en Israël, en Allemagne et aux Etats-Unis (posthume), Carl Lutz n’avait jusque là pas reçu d’honneurs officiels durables en Suisse.

"Contrairement à d’autres pays neutres, notamment la Suède, la Suisse fédérale a mis beaucoup de temps pour reconnaître le Juste et la portée de son acte", souligne Frederic Hayat, de la Fondation Carl Lutz, qui participait à l’inauguration de la salle lundi.

"La prochaine étape doit être pédagogique, ajoute Xavier Cornut, membre du Conseil de la Fondation. Le Conseil fédéral peut ajouter l’histoire de Carl Lutz au programme d’enseignement dans les écoles du pays, afin que son courage et son action civique inspirent les nouvelles générations."

Articles correspondant: Suisse »