Vous êtes ici

Abo

Moutier et sa couronne

Une directrice ad-intérim pour six mois

En phase de réorganisation, ESPAS poursuit sa mission et as-sume des charges croissantes

Malgré la mise à l’écart de la directrice, ESPAS a bien assumé ses missions durant l’exercice écoulé. Photo: LDD

Blaise Droz

Mercredi soir, l’assemblée générale d’ESPAS (Equipe de soins, prévention, aide et soutien) de Moutier et des communes de sa couronne, s’est déroulée en toute sérénité malgré que le comité unanime eût décidé en ce début d’année de se séparer de sa directrice Elisabeth Gigandet. Depuis le premier avril, c’est Noémie Koller qui a repris la direction ad-interim pour une durée de six mois et pour un temps de travail de 30%.

Les co-présidents Andreas Imboden et Pierre Coullery ont tenu à clarifier tout ce qui devait l’être à ce sujet. D’abord, concernant la fin du rapport de travail avec la directrice qui aura passé 18 années au service d’ESPAS, ils ont précisé ce qu’ils avaient déjà fait savoir par une communication à la presse (voir le JdJ du 24 mars dernier) à savoir que la décision du comité n’a pas été prise de gaieté de cœur mais parce que, selon eux, elle s’imposait pour garantir le bon fonctionnement d’ESPAS.

«Les prestations ne correspondaient plus aux attentes», ont-ils sobrement dit. Ils ont tenu à mentionner encore qu’il n’y avait aucun conflit de personne ni d’atteintes aux intérêts de l’organisation, ni rien de répréhensible à reprocher à l’ex-directrice. En revanche, ils précisent tout de même que si la décision du comité a été dure à prendre, elle l’a été à l’unanimité.

Priorités divergentes
L’intéressée nous a dit assumer sa part de responsabilité dans ce qui n’allait plus. En revanche,  elle aurait souhaité que l’autre partie assume la sienne dans un contexte où les priorités des uns et de l’autre n’étaient plus les mêmes.

Reste que le poste de directeur ou de directrice d’ESPAS ne pourra pas être simplement mis au concours en l’état. Les co-présidents relèvent que la décision que le corps électoral de Moutier prendra le 18 juin sur son appartenance cantonale aura un impact certain sur l’avenir de ce service et que dans un cas comme dans l’autre il faudra réinventer le rôle de la direction et  de ses charges, de celles des RH, du secrétariat et de l’infirmière cheffe. Financièrement, ESPAS a bouclé l’année 2016 avec un léger bénéfice de 2923 fr. malgré des prestations et des charges toujours plus étendues et un personnel en augmentation de 10% qui a passé à 34.2 postes. Le comité n’enregistre pas de changement.

Articles correspondant: Région »