Vous êtes ici

Jura bernois

Un élément catalyseur nommé Pierre Maudet

Le Parti libéral-radical se met au vert pour mieux lancer la campagne électorale de mars prochain.

La photo de famille aux Reussiles. Photo: Stéphane Gerber

Pierre-Alain Brenzikofer

Le Parti libéral-radical du Jura bernois est de retour! Et quoi de mieux, pour lancer la campagne des élections cantonales de mars prochain, qu’une «soirée saucisses» à la loge de la Chaux, aux Reussilles? Avec, en guise d’élément catalyseur, le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet, héros malheureux, mais brillant, de la récente campagne au Conseil fédéral.

Avant de céder la parole au héros du jour, la grosse cinquantaine de radicaux présents ont entendu leur président, Patrick Röthlisberger, émettre le vœu que ses troupes surfent sur la vague ascendante du PLR au niveau national. Organisateur de la soirée et président de la section locale, André Tellenbach a souligné pour sa part l’importance, pour chaque politicien, de demeurer au contact avec la base. Pierre-Yves Grivel, président cantonal, a insisté sur l’importance de conserver la majorité bourgeoise au gouvernement, tout comme il a souligné l’honneur que faisait Pierre Maudet aux radicaux régionaux en venant doper leur campagne.

Patrick Röthlisberger, président du PLRJB, et Pierre-Yves Grivel, président cantonal, entourent Pierre Maudet. Photo: Stéphane Gerber

Bien évidemment, le candidat radical au gouvernement, Philippe Müller, était de la partie. Seul candidat bourgeois non sortant, il a mentionné l’importance, pour lui, de parcourir le canton de long en large. Enfin, le maire de Tramelan, Philippe Augsburger, a mis en évidence les nombreux atouts de son village. De quoi rappeler le fameux tag du peintre La Mouche: «Tramelan, berceau de l’Humanité»: «Il l’a heureusement transformé en ‹Tramelan, berceau d’Humanité›, ce qui me convient mieux.»

Quant à Pierre Maudet, le visiteur a rappelé l’importance d’aller partout au contact avec la base. Evoquant sa campagne au Conseil fédéral et son score qu’il a qualifié d’honorable, il a juré que cette formidable expérience l’avait obligé à sortir de sa zone de confort: «Elle m’a permis de bien savoir avec qui on peut travailler. Et, pour moi, c’était la première fois que je devais me battre contre des gens du même parti. Et je n’étais ni Tessinois, ni femme», a-t-il relevé avec humour.

Maudet:une affaire de tripes
«On dit que nous autre Genevois avons des relations directes avec l’ONU et la terre entière. Mais il faut bien admettre que tout se décide à Berne.»

Surtout, le candidat a pu prendre acte, au cours de sa campagne, de la grande diversité de la Suisse. Evoquant sa formation, il l’a qualifiée de parti de la modernité: «Durant mon tour de Suisse, j’ai pu rencontrer des paysans radicaux qui étaient à la pointe de la technique en matière d’utilisation de drones. Bref, j’ai découvert mille et un exemples d’acteurs radicaux solides et surtout portés sur la modernité.»

Et si le Parti libéral-radical gagne, c’est parce qu’il anticipe, qu’il est véritablement le parti des solutions: «Donc il est à l’image de la Suisse, ce pays très porté sur les nouvelles technologies.»

S’adressant à tous les candidats réunis aux Reussilles, il leur a asséné ce message: «Si vous n’êtes pas élus, ce n’est pas grave. Mais une campagne vaut la peine d’être vécue et elle contribue de toute façon à la victoire de votre formation. Moi, j’ai connu mon premier échec lors de ma candidature au Conseil fédéral. Mais cet échec m’a renforcé. Ce qui compte, c’est de mettre ses tripes sur la table. J’espère en tout cas avoir pu vous transmettre mon énergie.»

Une affaire de tripes: Pierre-Yves Grivel l’a longuement martelé à ses ouailles, hier soir...

Les champions radicaux
Buri Patrick, Tavannes (CJB); Danz Anthony, Reconvilier (CJB); Fertig Mina, Péry (Grand Conseil + CJB); Grossenbacher Stéphane, Reconvilier (Grand Conseil); Heyer Virginie, Perrefitte (Grand Conseil + CJB); Léchot Marc-André, Orvin (Grand Conseil + CJB); Léchot René, Orvin (Grand Conseil + CJB); Lötscher Pierre, Court (Grand Conseil + CJB); Matti Roland, La Neuveville (CJB); Niederhauser Jean-Luc, Court (Grand Conseil + CJB); Röthlisberger Alain, Corgémont (CJB); Röthlisberger Patrick, Moutier (Grand Conseil + CJB); Rubin Nicolas, Tavannes (Grand Conseil + CJB); Tellenbach André, Tramelan (CJB); Von Kaenel Dave, Villeret (CJB); Vorpe Fabien, Tavannes (CJB); Voumard Florian, Tramelan (CJB).

Comme nous l’a précisé Virginie Heyer, tête de liste pour le Grand Conseil, il manque encore quelques candidats. Ils seront confirmés par le comité dès qu’ils auront été dénichés. Cela concerne le cercle électoral de La Neuveville et celui de Courtelary pour le CJB.

Enfin, le parti a décidé qu’aucun candidat ne serait cumulé. L’objectif est de conserver le siège du PLRJB au Grand Conseil et, si cela est possible, d’en décrocher un second. Pour le CJB, le but consiste à obtenir un siège dans chaque cercle électoral (3) et, si possible, d’en gagner un quatrième.

Au centre, la tête de liste Virginie Heyer avec Pierre-Yves Grivel. Photo: Stéphane Gerber

Articles correspondant: Région »