Vous êtes ici

Saint-Imier

Treize aventuriers aidants québécois en Erguël

En provenance de Saint-Jean-sur-Richelieu, près de Montréal, un groupe de jeunes séjourne dans la cité jusqu’au 12 août. Rencontre entre une mission et une escapade.

Parmi les actions entreprises, les Québécois ont nettoyé cour et locaux de l’Eglise Le Roc. Photo: Salomé Di nuccio

Par Salomé Di Nuccio

Développer l’altruisme des jeunes loin de leur sphère habituelle, c’est devenu le cheval de bataille d’un groupe d’aventuriers aidants de Saint-Jean-sur-Richelieu, près de Montréal. Conviés par l’Eglise évangélique Le Roc de Saint-Imier, 13 Québécois séjournent jusqu’au 12 août en Erguël, où ils combinent actions d’entraide et découverte d’une région. A leur programme, notamment: aide à une jeune maman, nettoyages de locaux et prise en charge d’une animation pour enfants.

Dans la peau d’une jeune maman
Ils ont entre 11 et 43 ans et leur accent ne laisse planer aucun doute sur leur provenance... Dans le cadre d’un échange avec le groupe de jeunes du Roc, dirigé à Saint-Imier par le pasteur québécois Luc Normandin, ces hôtes d’Outre-Atlantique découvrent la Suisse pour la première fois. Pour les plus jeunes, il s’agit même d’un premier voyage à l’étranger, aux fins d’y vivre une expérience sous la houlette de leurs aînés.

Responsable du groupe, Christian Lamoureux a le chic pour motiver la jeune génération. Il transforme des missions en explorations. «Lorsqu’on sort les jeunes de leur zone de confort, ils vont davantage oser faire des gestes. Et une fois de retour dans leur quotidien, ça fera partie de leur mode de vie que de penser aux autres spontanément.»

Parmi les actions récurrentes, il privilégie le soutien aux jeunes mamans. «Pour alléger leur ouvrage et leur permettre de se consacrer au bébé, nous formons des équipes pour les aider au ménage de leur maison ou d’autres tâches.» Une prestation très appréciée au Québec, dont viennent de profiter Denise et Stéphane Augsburger, un jeune couple de Mont-Tramelan. «En se chargeant de tout ce qu’on n’avait plus le temps de faire, ils nous ont vraiment rendu service!» En s’investissant pour cette famille, Estelle, 26 ans, s’est mise dans la peau d’une mère. «Pour une femme, accoucher est un grand bonheur qui n’efface pas les corvées quotidiennes.»

Dans les locaux du Roc, les membres du groupe ont aussi procédé à différents travaux de nettoyages. A l’occasion d’une après-midi pour enfants privés de vacances, ils ont même diverti une trentaine de participants.

Mais où se cache donc le maïs en crème?
Au terme d’une semaine de missions, les Québécois s’accordent désormais quelques journées de loisirs sous forme d’escapades. Déjà lundi, ils ont visité la cité médiévale de Gruyères et son château. Ils y ont admiré une autre facette de la Romandie, qu’ils observent depuis le 27 juillet dans le Jura bernois. Logés par cinq familles d’accueil imériennes, les hôtes ont vite pris le pouls de l’ambiance locale.

Touchés par l’accueil chaleureux de la population, ils ont en revanche noté un choix limité de denrées de supermarché. «Il y a nettement moins de produits que chez nous. Impossible de trouver du maïs en crème, par exemple!» Le chocolat est par contre «meilleur». Dimanche, ils en ramèneront sans doute pas mal dans leurs bagages. Comme les souvenirs de quelques mines radieuses d’Erguéliens rencontrés au hasard des rues. Car il y a maintes et maintes manières d’aider autrui. Ne serait-ce qu’en s’intéressant à sa personne. «On a pris le temps de discuter avec une dame atteinte d’un cancer. On l’a écoutée parler de ce qu’elle vivait, puis on l’a encouragée à ne pas lâcher le combat. Elle est repartie avec un immense sourire…»   

Articles correspondant: Région »