Vous êtes ici

Vote du 18 juin

Solidarité et mobilisation jurassiennes

Autonomistes prévôtois et représentants de communes jurassiennes étaient nombreux, samedi à Moutier, pour Faites la liberté. Une pétition a circulé, une intention dévoilée.

Après avoir applaudi les neuf orateurs avec ferveur, les militants ont, comme d’habitude, terminé la partie politique avec la Rauracienne. Photo: Stéphane Gerber
  • Dossier

Michael Bassin

l y avait foule, samedi, à la Sociét’halle de Moutier, pour la partie politique de Faites la liberté. Plus de 500 personnes. Elles venaient de Moutier, mais aussi du canton du Jura puisque le comité d’organisation avait convié les représentants politiques des communes jurassiennes à être là pour marquer leur attachement à la cité prévôtoise.

Les maires des chefs-lieux des trois districts jurassiens se sont exprimés et les drapeaux de toutes les communes jurassiennes avaient été déployés avec ceux de Moutier, Sorvilier et Belprahon. Les ministres Nathalie Barthoulot, Charles Juillard, Jacques Gerber, ainsi que le conseiller national Pierre-Alain Fridez, étaient aussi de la partie. Entre autres.

Pétition sur l’hôpital
Les partisans du départ de Moutier ont affiché un visage optimiste. «Prévôtois, dans un mois, nous aurons rejoint la République et canton du Jura!», a déclaré le maire de la cité, Marcel Winistoerfer. Cela étant, il a aussi été rappelé que le sprint final est lancé en vue du 18 juin. «Retroussons-nous les manches et partons à la conquête d’une consécration dont on se souviendra longtemps!», a clamé Laurent Coste, directeur de campagne.

Sur le fond, pas de nouveautés fracassantes samedi. On retiendra tout de même l’annonce de Nathalie Barthoulot, qui a fait part de l’intention du Gouvernement jurassien de proposer à la Confédération d’installer une unité de l’administration fédérale dans la cité prévôtoise en cas de «oui». Aucune piste plus précise pour le moment. «Mais nous y travaillerons. Ainsi, si une opportunité devait se présenter pour qu’une nouvelle antenne soit décentralisée dans le Jura, ce sera à Moutier», nous a précisé la présidente du gouvernement.

Toujours au chapitre des éléments nouveaux, les militants projurassiens ont profité de la manifestation pour faire circuler une pétition intitulée «Oui à notre hôpital, halte à l’instrumentalisation». Le texte, qui pouvait être paraphé par les Prévôtois comme par les externes, demande aux autorités en charge de l’HJB SA «de mettre immédiatement en œuvre toute mesure en vue de faire respecter les règles de déontologie, les droits des patients, la neutralité politique de l’environnement médical et la liberté d’opinion du personnel». Le texte parle de «pressions et de menaces d’intimidation» exercées sur le personnel et les patients sur le site prévôtois. Cette pétition sera adressée aux autorités politiques en charge de l’HJB.

Au chapitre des discours, ce sont les deux oratrices, à savoir la ministre Nathalie Barthoulot et une représentante de la jeunesse prévôtoise, Mylène Jolidon, qui l’ont remporté à l’applaudimètre. «Aujourd’hui, Moutier connaît nettement mieux son avenir dans le canton du Jura que son avenir dans le canton de Berne», a lancé la présidente du gouvernement, en faisant allusion aux engagements du parlement. Et d’ajouter que «se contenter du statu quo, c’est renoncer à toute ambition et à tout progrès».

Grâce aux autonomistes
Mylène Jolidon a argué que ce vote met en lumière «deux visions de la société qui s’opposent». Selon elle, «il y a ceux qui ont envie de bouger contre ceux qui ont envie que rien ne bouge».

Estimant que «la très grande majorité des Prévôtois qui s’engagent pour la ville sont autonomistes», la jeune oratrice a affirmé que «voter ‹oui›, c’est voter en faveur de ceux qui développent la ville».

Articles correspondant: Région »