Vous êtes ici

Produits dérivés Star Wars

L’étonnante collection d’un Biennois

Depuis 2002, Cédric Lalli collectionne des produits dérivés de l’univers Star Wars. Rencontre avec le passionné.

"x-wing" une pièce du collectionneur Cédric Lalli

Aude Zuber

Le jeune mathématicien Cédric Lalli collectionne depuis 15 ans des produits dérivés de Star Wars. « Je me suis mis dedans à partir du visionnage du premier épisode de la saga. Le coup de cœur a été immédiat », explique le passionné. L’univers Star Wars l’intéresse tout particulièrement pour plusieurs raisons. Premièrement, il adore la science-fiction, ce monde où tout est possible. De plus, il apprécie que la saga s’inspire de l’époque médiévale et de la Seconde Guerre mondiale. Les chevaliers Jedi ou les armes de certains personnages inventées à partir d’anciens pistolets de soldats allemands en sont des illustrations.

Acquisition jusqu’aux USA
Sa collection est composée de plus de 200 objets. Il compte de nombreux livres, Lego, figurines, armures, sabres, porte-clés et autres gadgets. Manquant de place à son domicile, une partie de sa collection se trouve dans la cave de ses parents.

Depuis que les magasins spécialisés en produits dérivés ont fermé leurs portes dans la région, l’homme de 29 ans achète ses pièces sur internet. Si certains objets Star Wars ne sont pas disponibles sur le marché européen, il profite de ses séjours aux USA pour compléter sa collection.

Spéculation
La valeur de sa collection est estimée entre 10 000 et 15 000 francs. Il y a trois ans, Cédric Lalli a acheté une pièce pour 600 francs. Elle vaut désormais dix fois plus ! La spéculation explique en partie ce mécanisme. Le marché est colossal. En effet, les seuls produits dérivés du 7e épisode ont rapportés plus de 4 milliards de dollars à Disney.

Même des non-fans achètent des objets, notamment les Lego Star Wars, et lorsque les produits sont retirés de la vente, ils les revendent. En effet, l’offre disparaissant des commerces et la demande persistant; les prix augmentent.

Le prix des Lego dans leurs cartons d’origine sous film de protection est plus élevé que celui des articles déjà déballés. Cédric Lalli n'en a que faire: «Pour ma part, je considère que si j’ai des figurines ou des Lego, c’est pour les montrer. De la même manière qu’on expose des tableaux de peinture».

Un esthétisme
Le collectionneur apprécie l’esthétisme de ses objets. «C’est super beau à regarder, surtout mes vaisseaux en Lego», s’exclame le jeune homme. Sa collection appelle également à l'évasion. Qui n’a jamais rêvé d’aller dans l’espace?

L'aspect technique participe aussi à sa passion dévorante de collectionneur. Regrettant que certaines personnes considèrent les collectionneurs en produits dérivés comme des allumés ou de grands enfants, Cédric Lalli souligne: «C’est aussi un passe-temps. J’adore assembler des milliers de pièces Lego jusqu’à ce que ça donne une maquette représentant un véhicule Star Wars». L’une de ses constructions lui a pris plus de deux jours.

Articles correspondant: Région »