Vous êtes ici

Abo

La Neuveville

Les mêmes dossiers restent sur la table

Pour sa dernière séance de l’année, le Conseil général va débattre – ou pas – demain soir du budget 2019, déficitaire. Il va aussi se pencher sur le fameux réaménagement de la place de la gare.

Une nouvelle année s’achève pour le Législatif neuvevillois. Mais la plupart des gros projets pour 2019-2023 restent à l’ordre du jour. Photo: A-DS

Par Dan Steiner

En fin d’année 2017, les autorités neuvevilloises avaient pour objectif de mettre un coup d’accélérateur au projet de réaménagement de la place de la gare. Et ce, en parallèle et de concert avec celui du chauffage à distance. Et pour 2019, alors que la dernière séance du Conseil général a lieu demain soir, au Centre des Epancheurs (18h30)? Le mot d’ordre qu’on retrouve dans l’introduction du rapport sur le budget reste sensiblement le même: «Le montant des investissements 2019-2023 se monte à 17,9 millions de francs. Plusieurs projets importants figurent dans le catalogue, soit le plan directeur englobant le secteur de la gare, le chauffage à distance, la rue du Port et la zone de Saint-Joux.»

Pour le conseiller municipal Jean-Philippe Devaux, responsable du budget (lire aussi ci-dessous) en tant que chef de l’Economie et des finances, «on avance» bel et bien. «Pour Saint-Joux, nous sommes à bout touchant», assure le vice-maire libéral-radical. «De ce qu’on a compris, la pollution ne serait pas si grave.» Pourra-t-on bientôt rouvrir une partie du chemin du lac, fermé depuis une décennie? «On attend maintenant le rapport de l’OED (ndlr: l’Office cantonal des eaux et des déchets)...» Avec impatience, sans doute.

L’avant-avant-projet fin prêt
Non et puis ça roule également du côté des voies de chemin de fer. En effet, c’est avec un point de la situation du conseiller municipal Christian Ferrier (FOR) que s’ouvrira réellement la séance de ce soir. On en saura ainsi un peu plus sur l’aspect futur que pourraient prendre la place de la gare et celle du marché.

Le fil rouge? Eh bien il sera plutôt bleu, puisque «l’idée est d’amener le lac à la ville et vice versa», laisse filtrer Christian Ferrier, qui donne quelques informations au compte-gouttes, mais qui réserve bien entendu les principales infos au législateur. Notons simplement que l’eau devrait donner une partie de sa couleur au projet.

Outre sur le budget, cette présentation de l’avant-avant-projet (sic) et l’élection d’un nouveau président pour le Conseil général version 2019, ce dernier devra également se prononcer sur différents crédits. Dont l’un pourra éventuellement sauver des vies, bien que l’on espère toujours ne jamais avoir à se servir de son objet. L’exécutif propose en effet qu’on accepte un montant de 16'500 francs par année sur cinq ans pour l’installation en ville de dix défibrillateurs. Une location qui se monterait ainsi, au total, à 82'800 francs.

Collection Hirt à sauvegarder
Autre dépense périodique prévue, celle de 40'000 francs sur trois ans (donc 120'000 en tout) accordée au Musée d’art et d’histoire pour l’aider à sauvegarder la collection Pierre Hirt. Cela permettrait à l’institution, qui n’en a pas les moyens toute seule, de financer le recatalogage de 2'5000 négatifs sur verre de la collection, dont la numérisation et le stockage futurs seront l’œuvre de Mémoires d’Ici, à Saint-Imier.

Finalement, le Conseil municipal a glissé dans la documentation de la session de ce soir qu’il avait répondu à l’interpellation de Michaël Hofstetter (FOR) à propos du financement des camps de ski. Il indique ainsi que, pour 2019, la participation demandée aux parents restera de 10 à 38 francs par jour d’école primaire et de 42 pour le secondaire. Enfin, à ski paraît.

Faible potentiel d’économies
A quelques exceptions près, la ville du bordu n’a qu’une marge de manœuvre faible en matière financière, explique Jean-Philippe Devaux, son trésorier. Le budget 2019, qui montre un passif de 278'000 francs pour le compte global et 390'000 pour le général, ne prête toutefois pas à la panique. A l’avenir, «l’équilibre reste une priorité», lit-on dans le rapport. Qui dit également que les investissements nets devraient se monter à 2,7 millions.

Articles correspondant: Région »