Vous êtes ici

Bienne

Les enfants se mettent à la construction

Une place de jeux d’un nouveau genre prend ses aises sur le chantier du futur parc public. Les enfants disposent de leur propre chantier dans un petit espace

  • 1/24
  • 2/24
  • 3/24
  • 4/24
  • 5/24
  • 6/24
  • 7/24
  • 8/24
  • 9/24
  • 10/24
  • 11/24
  • 12/24
  • 13/24
  • 14/24
  • 15/24
  • 16/24
  • 17/24
  • 18/24
  • 19/24
  • 20/24
  • 21/24
  • 22/24
  • 23/24
  • 24/24
zurück

Photos ©: Tanja Lander

Marjorie Spart

Sur un petit lopin de terre comportant baraque de chantier, palettes et autres matériaux de construction, situé en bordure du chantier de l’Ile-de-la-Suze, s’agitent des ouvriers plutôt jeunes. Trois bambins  accompagnés de leur papa grimpent dans une cabane fraîchement construite, testent les balançoires artisanales et arrosent un monticule de sable à grand coup de pompe.
«Ici, les enfants dès 7 ans (3e année Harmos) disposent de leur propre chantier pour planifier et aménager leur environnement», détaille Marion Ebert, initiatrice du projet «Les enfants du chantier». Située tout au bout du chemin des Bleuets, dans un espace grillagé pour l’isoler du «vrai» chantier, cette nouvelle aire de jeux est une offre de vacances et de loisirs gratuite et encadrée par des adultes, mise sur pied par une association, en collaboration avec la Ville.

Créativité à l’air libre

Hier, Barbara Schwickert, directrice biennoise des Travaux publics, a présenté officiellement cette place de jeux. Elle s’est réjouie de l’initiative personnelle de Marion Ebert, qui a eu l’idée de créer cette offre de loisirs dans l’espace public.
Marion Ebert, qui a suivi une formation de menuisier puis un cursus à la Haute école des arts de Zurich, estime que «Les enfants du chantier» comblent une lacune à Bienne: «En milieu urbain, les espaces de jeu où les enfants peuvent vraiment être actifs sont importants. Notre projet permet de sensibiliser les enfants et leurs parents à l’aménagement de l’espace public. D’autre part, les jeunes ont l’occasion unique de tester les métiers de la construction, de vivre le travail en groupe et de laisser place à leur créativité.»
Ces derniers mettent en effet la main à la pâte. Encadrés par deux adultes responsables du bon fonctionnement des lieux, les enfants créent, construisent, développent leurs idées au fil de leurs envies. «On ne sait pas encore ce qui va prendre forme ici», se réjouit l’instigatrice du projet.

Le projet a démarré avec le Passeport vacances durant le congé pascal. Les enfants, «qui timbrent comme de vrais ouvriers», ont construit une balançoire, deux cabanes et une zone d’accueil pour les parents. «L’enthousiasme était bien au rendez-vous», note la jeune femme qui a déjà mené un tel projet à Aarau.

Vif enthousiasme

Ce projet, mis sur pied pour les deux prochaines années – avant peut-être de migrer ailleurs dans le quartier – est financé par des subventions de la Ville, de fondations et de donateurs privés. Des entreprises de la région ont également mis du matériel de construction à disposition.
Si la Ville a tout de suite manifesté son intérêt et son enthousiasme – notamment par le soutien et le contact régulier avec le secteur Jeunesse + loisirs – il n’a pas été aisé pour l’association d’occuper cet emplacement en bordure du chantier de l’Ile-de-la-Suze. «Le service archéologique cantonal avait d’abord mis son veto à cause des vestiges qui se trouvent sur le terrain. Mais en assurant que nous ne creuserions pas, nous avons reçu son aval», explique Marion Ebert. Cette place de jeux est ouverte les mercredis, vendredis et samedis après-midi, ainsi que durant les vacances. Si elle est encadrée par des adultes, les bambins restent sous la responsabilité de leurs parents. Des portes ouvertes sont organisées samedi pour que petits et grands puissent s’en faire une idée et enfiler conjointement un bleu de travail.

Articles correspondant: Région »