Vous êtes ici

Abo

Moutier: Faites la liberté!

Les autonomistes déjà en piste

Trois porte-paroles pour le comité de campagne: Marcel Winistoerfer, Valentin Zuber et Corinne Schwab

Ils étaient nombreux à prendre la parole samedi. Trois personnes, les porte-paroles du comité «Moutier, ville jurassienne» seront spécialement sous le feu des projecteurs: Valentin Zuber, Corinne Schwab et Marcel Winistoerfer, 2e, 3e et 4e depuis la g. SG

Michæl Bassin

Les autonomistes ont lancé samedi leur campagne en vue du vote communaliste à Moutier, qui pourrait se tenir au printemps 2017. Ils ont profité de la manifestation Faites la liberté pour présenter leur comité de campagne baptisé «Moutier, ville jurassienne».
Celui-ci est composé d’une vingtaine de personnes, des Prévôtois essentiellement, engagés politiquement pour la plupart. Les présidents des quatre partis autonomistes prévôtois en font d’ailleurs partie. Cet organe sera présidé par le conseiller de ville PDC et président du MAJ Laurent Coste. Mais son rôle sera uniquement celui d’un coordinateur interne. Samedi, il ne s’est d’ailleurs pas exprimé sur la tribune.

Trois profils différents

Le comité a par contre choisi trois porte-paroles appelés à être sous le feu des projecteurs. Trois politiciens aux profils différents. Il s’agit du conseiller municipal PDC et membre du CJB Marcel Winistœrfer (le mieux élu au Conseil municipal en 2014), du nouveau conseiller de ville et président du PSA Valentin Zuber et de la conseillère de ville PSA Corinne Schwab. Un défi pour cette dernière qui n’est pas habituée à figurer en première ligne. «Dans cette campagne, je voudrais apporter la voix d’une femme, d’une mère de famille, d’une professionnelle de la santé, d’une militante convaincue, qui n’a pas peur, qui regarde vers l’avenir, qui a la ferme intention de saisir la chance offerte à Moutier.»

Ce comité cherchera donc à convaincre une majorité de Prévôtois que l’avenir de Moutier est dans le canton du Jura. Il entend miser sur des arguments qui parlent au cœur, mais aussi à la tête. En d’autres termes, tant l’identité jurassienne que des considérations plus concrètes (financières notamment) seront mises en avant.

Ces deux aspects ont été abordés samedi à Faites la liberté devant quelque 150 militants. La teneur des discours peut être résumée par une phrase de Marcel Winistœrfer: «Si nous voulons jouer un rôle dans notre société, on ne peut que choisir le Jura. C’est une question de proximité du pouvoir, de poids politique, de représentation institutionnelle et de respect de nos propres décisions. C’est une question de culture, de communauté de destin, d’identité commune.»

Sur le terrain et sur le Net

Le comité développera ses arguments au fil des mois, il mènera diverses actions et est motivé à débattre avec le camp adverse. Il investira aussi Internet, tant par le biais du site www.moutier-ville-jurassienne.ch que par les réseaux sociaux.
Quand bien même il existe encore des incertitudes autour du vote, le comité est convaincu qu’il n’est pas trop tôt pour partir en campagne. A ce titre, il sent, dit-il, que l’engouement auprès de la base autonomiste est bien plus élevé pour ce scrutin que pour celui du 24 novembre 2013.

Le parlement, «un délinquant multirécidiviste»

Irma Hirschi  Députée et conseillère municipale PSA. Au sujet de la décision du Grand Conseil sur un vote communaliste simultané, qui va à l’encontre des positions du gouvernement et du CJB, qui touche une loi en procédure de consultation et qui «viole l’autonomie communale»: «De la sorte, le parlement s’est comporté comme un délinquant multirécidiviste.» En réponse à ces «combines bernoises», Irma Hirschi appelle les Prévôtois à se concentrer uniquement sur la préparation du vote «par lequel ils se libéreront de ce canton où les pantins sont rois.» Et d’ajouter que les Prévôtois ne se laisseront pas faire, «quitte à saisir les plus hautes instances judiciaires du pays ou de la communauté européenne».

Marcel Winistoerfer Porte-parole du comité de campagne, conseiller municipal PDC et membre du CJB. Au sujet de ceux qui veulent faire de Moutier le point d’ancrage du Jura bernois: «Qu’on ne vienne pas nous dire subitement que la partie francophone, qui a choisi de rester bernoise sans même essayer d’imaginer une autre solution, s’intéresse vraiment à nous.»

Corinne Schwab  Porte-parole du comité de campagne, conseillère de ville PSA. Au sujet de la campagne: «L’un des enjeux consistera à donner confiance aux citoyens, que les adeptes du statu quo et de l’immobilisme tenteront comme toujours d’effrayer ou même d’épouvanter en leur faisant croire que la liberté est synonyme d’Apocalypse.»

Valentin Zuber  Porte-parole du comité de campagne, conseiller de ville PSA. Au sujet des arguments matériels plaidant pour un transfert dans le Jura: «Ils ne manquent pas et nous nous réjouissons d’en débattre. Avec la commission municipale qui vient d’être mise sur pied, avec l’expert qui apportera son concours, on évitera sans doute la démagogie et les raccourcis populistes ayant marqué les campagnes de 1998 (réd.:vote consultatif à Moutier) et de 2013 (réd.: vote dit du 24 novembre).» £ mba

Afficher la couleur

Les autonomistes engagés dans la campagne veulent voir des drapeaux jurassiens partout à Moutier. Ainsi, c’est très sérieusement qu’ils ont lancé samedi une action spéciale «Mâts».  Leur idée? Que le plus grand nombre acquièrent, à leurs frais, un mât pour drapeau. Ensuite, de jeunes autonomistes leur monteront et un étendard jurassien leur sera offert. «Montrez-vous, affichez-vous! On doit voir flotter à Moutier les couleurs jurassiennes», a lancé samedi la députée et conseillère municipale PSA Irma Hirschi.

Articles correspondant: Région »