Vous êtes ici

Moutier

Le Groupe Scout Perceval mise sur l’apprentissage par le jeu

Aujourd’hui, Journée Mondiale du Scoutisme, on célèbre la naissance du fondateur du mouvement, Robert Baden-Powell. L’occasion de faire le point avec le Chef du Groupe Scout Perceval de Moutier, Mirko Dell’Anna.

Rassemblement d’ouverture du Groupe lors d’un camp d’été. Photo: LDD

Propos recueillis par Aude Zuber

Quels sont les buts poursuivis par le groupe scout Perceval de Moutier?
Ils sont relativement identiques à ce que le fondateur Baden-Powell a décrit dans son livre «Scouting for Boys» (voir ci-dessous). À savoir: permettre à nos membres de développer des compétences physiques, morales, sociales et intellectuelles sans oublier la débrouillardise et le sens des responsabilités. À la nuance près que nous les adaptons aux jeunes d’aujourd’hui. Bien que, fondamentalement, le jeune de 1907 n’est pas si différent du jeune de 2017. Baden-Powell était un pédagogue de génie et, fort de ses cinquante printemps, a su capter l’essentiel pour transformer le jeune en un adulte complet, responsable et en prônant la paix.

Combien comptez-vous de membres? Les chiffres sont-ils stables ces dernières années?
Une soixantaine. Oui, les chiffres sont stables depuis quelques années. L’excellent travail de l’équipe actuelle des cheftaines et des chefs scouts y contribue. J’ai bon espoir de voir le groupe se développer.

Comment le groupe est organisé?
Il y a trois unités: la Meute, la Troupe et le Clan. Lorsque l’effectif le permet, une 4e unité est mise en place, celle de l’Équipe. Les unités sont sous la responsabilité d’une Maîtrise. Celles-ci sont composées d’un Chef d’unité et de ses adjoints qui ont entre 16 et 21 ans. Les enfants et les jeunes sont sous la responsabilité des membres plus âgés. Ils s’occupent d’un petit groupe comprenant 6 à 8 de leurs frères ou sœurs scouts.

Quelles activités sont proposées?
La maxime «apprendre en jouant» gouverne la préparation et l’organisation de nos activités. Cela peut être un jeu en extérieur sous forme de courses en étoile. Par ce biais, nous faisons découvrir aux scouts l’importance de la gestion des ressources non renouvelables. Les conséquences sont immédiates, l’équipe qui ne parvient pas à gérer ses ressources sera éliminée de la partie.

Pour stimuler un esprit de compétition sain entre les jeunes, des concours inter-patrouille sont organisés. Par exemple, la création d’une table confectionnée à partir de perches d’épicéa. La patrouille gagnante sera celle qui aura réalisé la table la plus pratique et esthétique avec une technique irréprochable.

Comment s’organise la formation des jeunes scouts? Quelles valeurs leur sont transmises?
Lors de camps et de matinées de formation, nous expliquons aux jeunes, qui ont des responsabilités, l’importance de leur rôle. Pour les préparer d’une façon optimale, nous procédons à des partages d’expérience, à des mises en situation et à des ateliers techniques.

Les valeurs se transmettent surtout lors de cérémonies. Le plus efficace reste l’exemple. Nous incarnons nos valeurs pour leur donner une crédibilité.

Quelle place est attribuée à la foi dans votre section?
Le Groupe Perceval est non confessionnel. Il est vrai que le scoutisme est basé sur des valeurs chrétiennes. Cela s’observe dans la loi scoute et ses dix articles. Même si le Groupe de Moutier ne base aucune de ses activités sur la foi chrétienne, nous proposons aux louveteaux/ettes et éclaireurs/euses des réflexions que l’on nomme «animations spirituelles». Le but vise une prise de conscience, toute proportion gardée, sur les valeurs qui fondent la vie en communauté, l’environnement, le sens de l’honneur, la solidarité et le courage.

 

La création du scoutisme:
En 1883, Robert Baden-Powell, lieutenant général de l’armée britannique, est envoyé avec son régiment en Afrique du Sud –anciennement colonie britannique-. Il créé les scouts traduits en français par unités d’éclaireurs. Composées de petits groupes très mobiles, ces unités sont capables de s’approcher de l’ennemi sans se faire repérer. Lorsque Robert Baden-Powell revient de la guerre, il décide d’adapter les principes des éclaireurs pour sortir les jeunes garçons de la misère et de la délinquance. Le 1er Août 1907, l'homme envoie une vingtaine de jeunes dans la nature. Le premier camp de scout a ainsi vu le jour.

Un manuel de scoutisme:
«Scouting for Boys» est l’ouvrage qui pose les fondements du scoutisme. Ecrit en 1908, par Robert Baden-Powell, ce livre s'adresse aux chefs scouts. Les principes des éclaireurs sont expliqués: la loi, la promesse, les activités de jeu, le système des patrouilles, les techniques de constructions, de secourisme et d'approche.

Articles correspondant: Région »