Vous êtes ici

Abo

Bienne

L’abeille investit la ville pour la Fête de la nature

Organisée dans tout le pays, la manifestation une demi-douzaine d'activités, du 24 au 27 mai. Dont une introduction à l'apiculture.

L’abeille se plaît bien en ville. Rien qu’à Bienne, on en compte quatre millions à la haute saison. Photo: LDD

Par Dan Steiner

Née en France il y a une dizaine d’années, la Fête de la nature a, depuis, fait des petits. En Suisse romande d’abord, à l’initiative du magazine spécialisé La Salamandre, et désormais outre Sarine, où le festival dure d’ailleurs un jour de plus. L’introduction à l’apiculture urbaine pour les non-apicultrices et non-apiculteurs se tiendra ainsi, à Bienne, de jeudi à dimanche prochains.

La Ville et l’Association pour la promotion de l’apiculture à petite échelle (VFKI) présentaient, ce matin, l’une des différentes activités qui feront se fondre la cité dans le verdoyant Seeland (lire aussi ci-contre). «Nature et qualité de vie de la population sont intimement liées», a souligné Barbara Schwickert, la directrice des Travaux publics, de l’énergie et de l’environnement, à Bienne. «Mais on n’en profite peut-être pas assez. Et il faut rappeler qu’en Suisse, la moitié des milieux naturels est menacée, ainsi qu’un tiers des animaux.»

Suisse, mauvais élève en matière de biodiversité
Elève turbulent et médiocre quand il s’agit de protéger la biodiversité, le Suisse a la chance, au travers de cette manifestation nationale et gratuite, de se reconnecter avec son environnement naturel. Grande garante de la biodiversité –dont la journée internationale se tient le 22mai –, l’abeille, tant sauvage que mellifère, se plaît étonnamment bien en milieu urbain.

Apiculteur depuis 2003 et président de la VFKI, Nik Wyss sera l’hôte des ceux qui s’intéressent aux butineuses. «Le but n’est pas de transformer les gens en apiculteurs – quoique s’ils le veulent, nous ne les refuserons pas –, mais de les sensibiliser et de leur présenter le rôle prépondérant des abeilles pour la pollinisation.»

Après une petite heure de théorie autour d’une ruche d’abord inhabitée, les personnes présentes enfileront les protections adéquates et pourront mettre, en toute quiétude, leurs mains dans ce doux cambouis doré. «Sans elles, nos fruits favoris deviendraient rares et chers. Economiquement, cela vaut aussi la peine de s’en soucier.»

A boire et à manger
Pour ne pas mettre toutes les larves dans le même panier, abordons également brièvement les autres rendez-vous de la fin de semaine. Vous pourrez par exemple vous promener le long de la Suze, jeudi soir, accompagnés par la section biennoise du WWF.

Chants des oiseaux et cuisine sauvage feront l’objet d’une sortie commune, samedi matin, au chemin Paul-Robert, sur les hauts de la ville. Dernière activité dans la langue de Molière, une séance de jardinage urbain pour tout savoir sur la tenue de votre potager, qu’il soit composé de fleurs ou de légumes.

D’autres rancards sont prévus en allemand, même s’ils restent accessibles à ceux qui ne maîtrisent pas parfaitement la langue de Goethe. Comme un reportage sur le retour du gypaète barbu dans les Alpes ou une balade pour observer les talents de constructeur du pic, en forêt.

L’apiculture à Bienne
* 15 apiculteurs
* 80 ruches
* 50'000 abeilles par ruche
* 20'000'000 de fleurs visitées par jour parces 4 millions d’abeilles

Bref programme de la Fête de la nature
* 24-27.05 De 13h30 à 15h30, introduction à l’apiculture urbaine pour les non-apicultrices et les non-apiculteurs, au local Werplatz Bienen, rue Dufour 139
* 24.05 De 18h à 19h, découvrir la nature en ville avec le groupe biennois du WWF, le long de la Suze
* 26.05 De 9h à 13h, le chant des oiseaux et la cuisine sauvage
* 27.05 De 9h à 12h, jardins urbains au Ried: semer et planter

Contacts, adresses et infos sur la langue et l’accessibilité aux poussettes et aux fauteils roulants: fetedelanature.ch

Articles correspondant: Région »