Vous êtes ici

Abo

Bienne

La pratique de la pêche scrutée au fil du temps

Bernard Vauthier retrace 1000 ans de pêche en Suisse romande, dans un ouvrage éponyme. L’aboutissement de 35 ans de recherches minutieuses et d’entretiens avec les pêcheurs.

Photo Susanne Goldschmid

Marjorie Spart

L’ouvrage est impressionnant: 504 pages grand format réunies dans un livre de 4cm d’épaisseur pour 2,7kg. Il a surtout fallu 35ans à son auteur, Bernard Vauthier, pour le concrétiser. Intitulé «1000 ans de pêche en Suisse romande», cet épais volume retrace l’histoire de cette pratique, professionnelle et amateur, dans les lacs et les rivières romands. Le lac de Bienne, la Suze, la Thielle et même la Douanne y sont scrutés. Bernard Vauthier détaille les techniques de pêche, l’outillage nécessaire à cette pratique et les embarcations utilisées au fil du temps. Il répertorie aussi les poissons et revient sur la vie des pêcheurs et  leur vocabulaire bien spécifique...

Telle une bible de la pêche, cet ouvrage devrait faire référence, puisqu’une telle anthologie quasi encyclopédique était absente du paysage littéraire suisse. «Lorsque je me suis intéressé à la pêche, pour monter une expo à Vaumarcus, j’ai constaté le manque d’informations historiques pour la Suisse romande», explique Bernard Vauthier.

Au vu de cette lacune, il a démarré un travail de fourmi, écumant les archives municipales, cantonales, fédérales et celles des bourgeoisies. «Je me suis pris au jeu de la documentation», concède le Neuchâtelois que les recherches l’ont fait éplucher des textes des siècles passés.

Tournant au 20e siècle
Cet instituteur, aujourd’hui retraité et qui ne pratique pas la pêche, est heureux et soulagé de tenir ce «travail de toute une vie» entre les mains. «Cet ouvrage a une dimension documentaire et représente davantage un catalogue que l’on consulte qu’un livre à lire de A à Z», admet l’auteur. Dans cette optique, il l’a segmenté par thème et, dans chacun d’eux, par région. On retrouve donc facilement des données spécifiques aux différents lacs et rivières de Suisse romande.

Bernard Vauthier a également rédigé un glossaire répertoriant et expliquant le langage des pêcheurs, «qui a peu varié au cours du temps». «On retrouve les mêmes mots dans les archives du 14e siècle et dans la bouche des pêcheurs d’aujourd’hui.» Cette constance traduit une continuité dans la pratique de la pêche. «Celle-ci est restée stable jusque dans les années 1950. Puis, elle a commencé à décliner», note le Neuchâtelois. La faute à l’évolution de la société, à la mondialisation – qui a permis l’importation de poissons de l’étranger meilleur marché que la production locale – et aux goûts des consommateurs qui ont préféré les poissons «faciles à manger, avec peu d’arêtes» aux poissons blancs «dont le goût peut varier selon les saisons». «Ces poissons comme le vengeron, le chevaine, le corégone, sont plus désagréables à manger. Ils sont pourtant abondants dans nos lacs. Sans possibilité de les écouler, les pêcheurs ont renoncé à les attraper», souligne Bernard Vauthier.

A partir de la moitié du 20e siècle, la communauté des pêcheurs professionnels s’est considérablement réduite. «En 2009, seuls sept professionnels exploitaient le lac de Bienne. Et quatre sur le lac de Morat.» L’auteur note que de nos jours, la pêche est davantage un sport qu’une activité lucrative. «On ne pêche plus pour se nourrir. Même les amateurs relâchent les poissons.»

Richement illustré
Dans son travail, l’auteur a fait la place belle aux illustrations d’époque et contemporaines. Il a rencontré de nombreux pêcheurs en activité pour recueillir leurs témoignages. «Ils m’ont transmis leurs traditions, m’ont expliqué les techniques et montré les différents filets. Ce qui m’a le plus rendu service, ce sont les photos anciennes prises lors des moments de pêche et que j’ai pu reproduire dans mon livre.»

L’auteur a aussi émaillé ses «1000 ans de pêche en Suisse romande» par des relevés attestant la présence ou la disparition d’autres espèces environnantes, comme certaines plantes ou animaux d’eau. Les questions environnementales apparaissent également en filigrane au long des 500pages pour appuyer les changements qui ont touché les biotopes.

«Mon livre n’est pas un traité sur la pêche mais devrait plaire à ceux qui portent de l’intérêt à notre patrimoine culturel, comme les historiens, les géographes, les ethnologues ou encore les philologues», commente l’auteur.
Sans oublier, évidemment, les passionnés de pêche. Bernard Vauthier est persuadé que son livre trouvera son public. «Pour l’éditer, j’ai reçu le soutien de l’Ecomusée de la pêche et des poissons de Bevaix (NE). Ce musée n’a eu aucune peine à réunir les fonds nécessaires à sa réalisation.» Preuve de l’intérêt pour cette nouvelle Bible de la pêche.

«1000 ans de pêche en Suisse romande», Editions Favre.

Articles correspondant: Région »