Vous êtes ici

Abo

Esplanade

La Coupole poursuit sa quête de fonds

Le Centre autonome de jeunesse multiplie les actions pour rassembler les fonds nécessaires au projet d’extension de la Coupole. Les travaux ne débuteront pas avant 2017

Pour récolter les quelque 1,5 mio de francs nécessaires, le CAJ organise notamment un dîner de gala le 29 août. Archives

Kevin Schlüter

Un million et demi de francs. Telle est la somme que le Centre autonome de jeunesse (CAJ) doit rassembler afin que les travaux de rénovation et d’extension de la Coupole puissent démarrer. Au départ, les quelque 2,8 mios de fr. octroyés par la Ville en 2011 devaient suffire à la transformation des lieux.

En février dernier, le bureau d’architecture biennois rk studio, père du projet de métamorphose «Biel reste Biel - Coupole bleibt Coupole», a cependant revu cette facture à la hausse (notre édition du 27mars). Un coup dur pour les membres du CAJ.

Cinq mois plus tard, la frustration s’est transformée en optimisme. «Nous avons pris les devant et mis sur pied un plan étoffé de récolte de fonds. Autant mettre à profit ce délai supplémentaire pour avancer tranquillement, mais sûrement», assure Tina Messer, membre du comité Construction du CAJ.

T-shirts et dîner de gala

La première action des représentants de la Coupole a été d’organiser une vente de t-shirts à l’occasion de la dernière édition de la Barbarie en juin. «Un beau succès», sourit la jeune femme qui annonce avoir vendu environ la moitié des 200 pièces imprimées. «Chaque exemplaire coûtait 35 francs, un montant relativement élevé qui découle de la qualité du tissu. Les plus généreux ont payé 40 fr., prix symbolique pour les 40 ans d’existence de la Coupole célébrés cette année.»

Et Tina Messer d’annoncer le prochain événement d’envergure: le 29 août, la Coupole organise un repas de gala public, concocté par Philippe Berthoud, cuisinier biennois spécialisé de la haute gastronomie et de la cuisine moléculaire. «Sensible à notre cause, il s’est proposé d’officier aux fourneaux gratuitement», se réjouit la membre du CAJ.

Le menu de six plats s’accompagne quant à lui d’une addition de 150 francs au minimum. «Les participants qui souhaitent payer plus sont invités à le faire. Les donateurs de plus de 1000 fr. seront considérés comme des sponsors officiels», indique la jeune femme qui estime pouvoir attirer entre 60 et 100 personnes à table.

Recherche de mécènes

Même si elles réussissent, ces actions ne suffiront pas à financer les travaux. Tina Messer est la première à le reconnaître: «Plus que de réaliser un profit conséquent, nous cherchons avant tout à attirer l’attention du public sur notre situation. Nous avons également distribué quelque 5000 autocollants d’information qui pourraient bien déjà se trouver sur les murs biennois.»

Afin de rassembler les quelque 1,5 mio de fr. nécessaires, le CAJ s’apprête à partir en quête de mécènes. «Tout comme la Kufa à Lyss, nous souhaitons nous assurer le soutien d’associations locales, ainsi que de grands sponsors privés», explique la précitée, se référant aux travaux de transformations réalisés par le centre culturel il y a cinq ans.

Pour ce faire, les représentants de la Coupole font actuellement des pieds et des mains pour composer un dossier de présentation transparent, comprenant notamment un budget clair pour la saison 2015-16.

«Nous disposons de 200 000 fr., note Tina Messer. Etablir nos comptes a été une tâche à la fois astreignante et intéressante. Notre principal revenu est une subvention de 90 000fr. auxquels s’ajoutent des rentrées de 40 000 à 60 000fr. liées à nos activités menées à la Coupole. Quant à nos coûts, la plus grande facture reste celle de l’eau et de l’électricité.»

2017 au plus tôt

Dernières sources de revenus envisageables, le canton et les communes figurent également sur la liste d’envoi du CAJ. «D’une part, nous souhaitons faire appel au fonds de loterie cantonal, à l’image de la Kufa en 2010. D’autre part, nous avons réalisé une étude auprès des utilisateurs de la Coupole, afin de démontrer que notre offre culturelle profite non seulement aux Biennois, mais également aux habitants du Seeland et du Jura bernois.»

D’après Tina Messer, le dossier de présentation du CAJ devrait être prêt à l’envoi d’ici cet automne. En plus de récolter le million et demi nécessaire au financement du projet, le comité Construction doit également attendre le feu vert définitif des autorités biennoises avant de lancer ses appels d’offres. «Nous possédons déjà le droit de construire, mais nous n’excluons pas d’éventuels recours, notamment de la part du voisinage», précise-t-elle.

Selon ses prévisions, le début des travaux n’est envisageable qu’à l’horizon 2017, «probablement au printemps».

Face à ce retard, la jeune femme garde le sourire:«Nous allons en profiter pour célébrer dignement les 40 ans d’existence de la Coupole. Grâce au franc supplémentaire actuellement prélevé sur les entrées pour financer le projet d’extension, nous accélérerons ainsi notre collecte de fonds. De toute manière, le projet de l’Esplanade semble avoir du retard lui aussi. L’aménagement du parc Laure-Wyss, juste à côté, ne sera terminé qu’en 2018. Nous avons donc le temps.»

Articles correspondant: Région »