Vous êtes ici

Abo

Bienne/Nidau

Il se bat pour rendre la politique plus compréhensible

Un Nidowien a lancé une pétition pour pouvoir tenir gratuitement une table de débat à Bienne et à Nidau, un stand qui vise à informer sur les initiatives en cours en Suisse.

Pour Martin Schwab, il n’est pas facile d’avoir une vue d’ensemble de toutes les intiatives en cours en Suisse. Sa table de débat vise à faciliter l’accès à cette abondante actualité politique. keystone/image d’illustration

Par Didier Nieto

«Non à l’élevage intensif», «Pour un parlement indépendant des caisses-maladie», «Pour sauver des vies en favorisant le don d’organes»... Pas moins d’une douzaine d’initiatives sont actuellement en cours en Suisse. Avec cette foison, «il n’est pas facile d’y voir très clair», fait remarquer Martin Schwab. «Et il n’est pas évident non plus d’obtenir des informations sur tous les textes, d’autant que certains abordent des problématiques complexes.» Pour faciliter l’accès à cette abondante actualité politique, le Nidowien aimerait installer une «table de débat» à Bienne et à Nidau.
Chaque samedi matin, en alternance entre les deux communes, Martin Schwab veut présenter dans la rue l’ensemble des initiatives, des référendums et des pétitions en cours sur les plans fédéral, cantonal et communal. «Ma table sera un endroit où les gens peuvent s’informer des objectifs et des conséquences de chaque texte. Et s’ils le souhaitent, ils pourront aussi y apposer leur signature», détaille le jeune homme de 24 ans.

Information neutre
Le but de la «table de débat» est avant tout de promouvoir la participation politique. «En mars, le taux de participation aux élections cantonales s’est élevé à 24% dans le cercle Bienne-Seeland. Seulement 24%!», s’étonne encore Martin Schwab. «Je me suis demandé pourquoi les gens n’utilisaient pas davantage les possibilités offertes par la démocratie directe. Selon moi, ils se désintéressent de la politique car ils manquent d’informations claires et facilement accessibles.» Electricien employé à 60%, le Nidowien dit avoir le temps de se renseigner et de consulter la vingtaine de newsletter que lui envoient chaque jour les autorités fédérales et cantonales. «Mais pour quelqu’un qui travaille à 100% par exemple, c’est plus compliqué.»
Martin Schwab, qui sera seul derrière sa table de débat, est lui-même engagé en politique. Membre du Parti socialiste de Nidau, il avait brigué, sans succès, un siège au Conseil de ville lors des élections en 2017. Il garantit cependant que son obédience politique n’influencera pas son discours à la table de débat. «Je présenterai toutes les initiatives, même celles dont je ne partage pas le point de vue. Mon but ne sera pas de convaincre les gens de signer ou non un texte. Je veux uniquement leur donner des informations pour qu’ils puissent se forger leur propre opinion.»
A Bienne, le projet de Martin Schwab s’est heurté à un obstacle rédhibitoire: le prix. Pour installer sa table en vieille ville le samedi matin, il lui faudrait débourser 150 francs par semaine, lui a indiqué la Ville.

Obstacle financier
Ce tarif, calculé d’après le Règlement sur les émoluments, prend notamment en compte l’utilisation de l’espace public et la distribution de flyers. «Je ne comprends pas qu’on veuille me faire payer pour ma table. Je ne cherche pas à vendre quelque chose, ni à faire de la propagande politique, mais juste à informer.»
Afin de convaincre les Villes de Bienne et de Nidau de le laisser installer son stand gratuitement, Martin Schwab a lancé une pétition il y a deux semaines. Il a déjà récolté plus d’une centaine de signatures. «J’aimerais arriver à 1000, pour que mon initiative ait du poids.»
A Bienne, le Conseil municipal ne prendra position sur le texte qu’après sa remise officielle. Quel que soit le nombre de signatures, la pétition n’aura rien de contraignant pour les autorités. Mais le projet de Martin Schwab répond  d’ores et déjà à une volonté populaire. Le sondage effectué par gfs.bern dans le cadre de la révision totale du Règlement de la Ville a montré qu’une grande majorité des Biennois souhaitent que le Conseil municipal s’engage pour renforcer la participation aux scrutins.

Pour signer la pétition:
www.act.campax.org/petitions/ja-zum-debattentisch

Articles correspondant: Région »