Vous êtes ici

Abo

Carnet noir

Il a mis les mines en lumière

Le photographe Jean-Claude Wicky est décédé.

Jean-Claude Wicky devant ses images de mineurs boliviens à l’Hôtel-de-Ville de Moutier en juin 1999. Archives Bist

Matthieu Hofmann

Le photographe et réalisateur prévôtois  Jean-Claude Wicky s’est éteint. Figure culturelle  marquante de la région, l’artiste s’en est allé dans sa 71e année des suites d’une maladie découverte en fin d’année dernière. Natif de Moutier et ayant grandi à Perrefitte, diplômé de l’école cantonale d’administration de Bienne, il avait notamment porté les couleurs du FC Moutier en LNA puis celles du FC Chiasso suite à la relégation du club prévôtois en 1967.

 Travaillant alors dans les douanes, il avait délaissé l’uniforme et le ballon rond pour aller découvrir le monde, à 23ans. Au cours d’un long voyage débuté à la fin des années 60, il se met à la photographie, qu’il apprendra en autodidacte.

«L’Afghanistan, l’Inde, le Cambodge, l’Australie et le Japon où il s’est mis à la photographie. Il s’est passionné pour les gens, il est allé à la recherche du contact humain», détaille Jean-Pierre Girod, ami de l’artiste et journaliste culturel au Quotidien Jurassien.  S’en suivent de nombreuses expositions dans la région mais aussi en Amérique latine. La première, «A travers l’Amérique indienne», est présentée à Moutier en 1978.

Les mines boliviennes
De 1984 à 2001, Jean-Claude Wicky se rend régulièrement en Bolivie, dans une trentaine de centres miniers. Il en découle «Mineros, mineurs de Bolivie», exposition qui démarrera en Amérique du Sud pour finalement transiter par une douzaine de pays et être vue par plus d’un demi-million de personnes.

«C’est l’œuvre de sa vie», assure Jean-Pierre Girod. «Il en a également fait un livre remarquable qu’il est ensuite allé distribuer aux mineurs.»

Il a encore tiré un film documentaire de ces rencontres et de ces centaines de descentes dans les mines. «Tous les jours la nuit», salué aussi bien en Bolivie qu’en Suisse, notamment par le prix spécial de la Commission culturelle  interjurassienne. «C’était un nouvel hommage», glisse Jean-Pierre Girod qui rendra aussi le sien en parlant d’un «homme d’une rare qualité, d’une éthique absolue et dont les photos sont d’une qualité éblouissante».

À partir de 1995, le photographe a aussi effectué de nombreuses photos au Laos. Le résultat, «A glimpse of Laos», a été exposé à Vientiane, la capitale du pays, en 1997.

De Moutier à Washington
Il a aussi participé à de nombreuses expositions collectives dans plusieurs villes européennes et collaboré avec bon nombre de revues comme Geo Magazine ou Smithsonian Magazinel.

Ses nombreuses œuvres font aujourd’hui partie de collections publiques et privées, notamment celles de la Bibliothèque du Congrès, à Washington, de l’Institute of Art de Minneapolis, de la Confédération suisse, du musée de l’Elysée à Lausanne ou encore du Musée jurassien des Arts, à Moutier.

Articles correspondant: Région »