Vous êtes ici

Paris veut une solution à la guerre en Syrie

Emmanuel Macron affirme n'avoir pas déclaré la guerre à la Syrie

La France "n'a pas déclaré la guerre" à la Syrie de Bachar al-Assad, a affirmé dimanche soir le président français Emmanuel Macron. Il a rappelé la volonté de Paris de trouver une solution politique à la guerre en Syrie, regroupant tous les acteurs de la crise.

(ats) Il s'est exprimé lors d'un entretien diffusé sur la chaîne de télévision BFM, la radio RMC et le site Internet Mediapart au lendemain des frappes occidentales menées contre le régime de Damas. Selon le président français, les frappes occidentales contre la Syrie ont été un succès "sur le plan militaire".

"Nous avons réussi l'opération sur le plan militaire", a-t-il dit. Il a ajouté que "c'est la communauté internationale qui est intervenue", pour expliquer cette opération commune des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni, réalisée hors du cadre des Nations unies.

"(Nous sommes intervenus) de manière légitime dans le cadre multilatéral", a-t-il ajouté. "Nous étions arrivés à un moment où cette frappe était indispensable pour pouvoir redonner de la crédibilité à la parole de notre communauté" internationale.

Pour autant, ces frappes ne sont pas une déclaration de guerre à la Syrie, a-t-il souligné. Il a rappelé la volonté française de trouver une solution politique "inclusive" pour sortir de ce conflit vieux de sept ans, laissant comprendre qu'il ne souhaite pas, dans l'immédiat, un départ de Bachar al-Assad.

"La finalité est de construire ce qu'on appelle une solution politique inclusive", a-t-il dit, mettant en exergue l'activisme diplomatique français pour "parler avec tout le monde", notamment les soutiens de Bachar al-Assad et les acteurs régionaux comme la Turquie. Pour parvenir à "cette solution durable", "il nous faut parler avec l'Iran, la Russie et la Turquie", a déclaré M. Macron,

Concernant la Russie, fidèle alliée et soutien militaire du régime de Bachar al-Assad, Emmanuel Macron a affirmé avoir dit à son homologue russe Vladimir Poutine, lors d'un entretien téléphonique vendredi, que la Russie était "complice" en Syrie.

"Bien sûr qu'ils sont complices, ils n'ont pas eux utilisé le chlore mais ils ont construit méthodiquement l'incapacité de la communauté internationale par la voie diplomatique à empêcher l'utilisation d'arme chimique", a-t-il souligné.

Le chef de l'Etat a également confirmé qu'il se rendrait à Saint-Petersbourg fin mai. Cela à l'occasion d'un forum économique.

Il a par ailleurs affirmé avoir convaincu Donald Trump de "rester dans la durée" en Syrie. "Il y a 10 jours, le président Trump disait les Etats-Unis d'Amérique ont vocation à se désengager de la Syrie, nous l'avons convaincu, nous l'avons convaincu qu'il était nécessaire d'y rester (...), je vous rassure, nous l'avons convaincu qu'il fallait rester dans la durée", a-t-il déclaré.

Articles correspondant: Monde »