Vous êtes ici

Canton: protection de l'environnement

Réduire l'effet des produits phytosanitaires dans les cours d'eau

L’Office de l’agriculture et de la nature du canton de Berne a lancé un projet pour réduire les effets néfastes de l’utilisation de produits phytosanitaires en collaboration avec l’Union des paysans bernois et l’Office fédéral de l’agriculture.

Même utilisés correctement, les produits phytosanitaires peuvent toutefois se retrouver dans l’environnement et avoir des retombées négatives.Photo: la Birse. © Michael Bassin/Journal du Jura

(c)  L’objectif principal est de réduire la pollution des cours d’eau. Un crédit de 10,6 millions de francs a été proposé à cet effet. Les produits phytosanitaires visent à protéger les cultures contre les maladies, les ravageurs et les mauvaises herbes. Ils sont importants dans la mesure où ils contribuent à la sécurité des rendements. Même utilisés correctement, ils peuvent toutefois se retrouver dans l’environnement et avoir des retombées négatives.

Le projet bernois veut aider les agriculteurs à utiliser les produits phytosanitaires de manière efficace et respectueuse de l’environnement. Il s’échelonne sur six ans (2017-2022) et a pour objectif principal d’optimiser le recours à ces produits afin de limiter les dangers pour l’environnement (surtout en ce qui concerne les eaux de surface), sans réduire sensiblement la production. Le projet cantonal répond aux critères du programme de gestion des ressources (art. 77a et 77b de la loi fédérale sur l’agriculture) et bénéficiera donc du soutien de la Confédération.

Réduire la pollution des eaux

Des analyses ont montré que les eaux sont polluées par des produits phytosanitaires. Durant la période de végétation, il arrive souvent qu’elles ne remplissent pas les exigences en matière de protection des eaux. La qualité biologique des lacs et rivières est ainsi menacée. Le projet bernois de protection des plantes s’attaque précisément à ce problème : un premier plan de mesures vise à réduire la pollution des eaux. Il poursuit également l’étude et l’encouragement de solutions de rechange, tels que le recours à des auxiliaires. La sensibilisation des agriculteurs aux répercussions négatives des produits phytosanitaires est un autre objectif du projet.

Formation continue et mesures d’encouragement

Le projet bernois de protection des plantes reposera sur une participation volontaire des agriculteurs. Il proposera des mesures de protection des plantes dans toutes les régions du canton et pour différents modes de production. L’accent sera mis sur la production agricole et des cultures spéciales, tels que les fruits et la vigne. Des mesures sont prévues dans les quatre domaines suivants :

  • utilisation d’herbicides
  • utilisation de fongicides et insecticides
  • drainage superficiel des produits phytosanitaires
  • investissements dans la mécanisation, la construction et les installations

Les mesures seront présentées, expliquées et approfondies dans le cadre de formations initiales et continues. Le transfert des connaissances sera garanti grâce à des notices et autres documents d’aide à la mise en œuvre. La transmission des informations, de même que la mise en réseau des exploitations agricoles impliquées, de l’Union des paysans bernois et de l’administration sont importantes pour ce projet. Celui-ci permet de placer la thématique de la protection des plantes au centre des préoccupations de l’agriculture bernoise ainsi que d’assurer un suivi actif au cours des six années de mise en œuvre.

Organe responsable et coûts

L’Office de l’agriculture et de la nature et l’Union des paysans bernois assument conjointement la responsabilité du projet. L’Office fédéral de l’agriculture prendra en charge près de 80% du coût total du projet, qui se chiffre à 62,7 millions de francs. Le canton devrait y contribuer à raison d’environ 17%, soit 10,6 millions de francs pour les six années.

Articles correspondant: Divers »