Vous êtes ici

Evénement musical

Le rock prog' est vivant, nous l'avons rencontré

Reportage au cœur de l'univers du rock prog' à Soleure où se déroulait samedi dernier une nouvelle édition de l'Eleven Rock Festival. Patrick Becker, l'organisateur nous en dit plus sur ce genre musical et ses activités.Occasion de découvrir également trois groupes de grande valeur.

Photo: Lazuli et son final vibraphonique, un des rares groupes classé rock prog' à sortir la tête de l'eau. Ils ont été invités par Fish à le suivre sur une trentaine de dates européennes du géant écossais. Vincent Barbagallo

Soleure, Pierre-Yves Theurillat  / Photos: Vincenzo Barbagallo

«Aujourd’hui, le genre rock progressif n’est plus «in», on n’entend plus rien du genre à la radio, à part peut-être la chanson Kayleigh de Marillion. On parle bien sûr d’un renouveau avec Steven Wilson surtout, qui connaît un certain succès, et il y a plus de groupes prog’, dans le fond, que dans les années 70, où le genre était majeur. Il y a aussi plus de styles prog’ et dérivés que dans les seventies aujourd’hui.»

Patrick Becker, dont c'est le propos, résume une situation connue, un peu agaçante, spécialement pour les fans qui rêvent encore de voir leur genre aimé atteindre à  plus de succès, de retentissement.

Avec sa petite famille, sa fille Corinne Becker, sa compagne Andrea Gurtner et son association Eleven rock, Patrick Becker, informaticien vivant à Granges, consacre beaucoup de temps et d’argent à la promotion de la musique qu’il affectionne. En 1999, il fonde Galileo Records, et distribue quelques cd en tentant d’assurer surtout une promotion pour ces artistes.

«Aujourd’hui avec Galileo», informe ce fils de Welche (sa maman est parisienne, son père de La Chaux-de-Fonds), «je m’occupe de  licencier les productions d’une boîte anglaise, Voiceprint Gonzo. Ainsi 40 cd sont au catalogue.»

Andrea Gurtner, Marc Wilkinson (pochettiste de Marillion et Fish), Patrick Becker et Roberto Scilingo: la passion pour le rock prog, le sourire, mais la tête sur les épaules. LDD

Un petit marché d’épicier qui a ses pointes vers le haut quand même : «Nous avons réalisé un Box 4 CD du groupe tessinois Clepsydra, que nous avons écoulé à 1000 exemplaires», confirme-t-il. Côté scène, Patrick Becker a été l’initiateur d’un festival, le  ProgSol, et d’une association, ancêtre d’Eleven Rock, ce dernier nom étant là pour rappeler les origines soleuroises de cette assoc’, «car Soleure est une ville où tout ou presque se compte par 11», instruit le bonhomme.

De bons souvenirs pour les fans de rock progressif, avec la venue des Nippons d’Ars Nova, où des mirifiques Focus, groupe légendaire hollandais (les fameux laouti de Thijs van Leer sont dans toutes les mémoires, sinon, écoutez Hocus Pocus)

Avec l’Eleven rock Festival, il produit sur scène November 7, les Italiens de Soul Secret, les Valaisans de Dawnless, les Germains adeptes de metal progressif Vanden Plas, et puis, l’année passée, les Suédois d’Andromeda.

Dernier acte en date de l’Eleven Festival, la soirée triple concert This Misery Garden – Influence X  - Lazuli à Kultur Fabrik Kofmehl, Soleure samedi dernier. Plongeant dans les profondeurs d’un univers musical pas comme les autres, souvent cousin du metal, le spectateur a pu ainsi faire connaissance avec les successeurs, près de 3 générations plus tard, de Yes, Genesis, Ange, ou King Crimson.

Site Eleven Rock Festival

Eleven rock 2015 avec This Misery Garden, Influence X et Lazuli

Trois groupes au programme de la soirée dans la petite salle médiévale, ornée de têtes de mort et autres motifs parlant, du Kofmehl, le club rock et alternatif soleurois.

Steve Fari, chanteur de This Misery Garden. Il avait fait ses premières armes musicales avec le groupe Middlecage, région Jura bernois.

This Misery Garden, le groupe genevois au chanteur tramelot Steve Fari ouvre. Auteur dernièrement d’un album remarqué, Cornerstone (en extrait leur magnifique single Siamese Again en un clip tourné dans les Franches-Montagnes par le réalisateur Mathias Wälti), les garçons ont engagé un nouveau bassiste et ont repris le répertoire à zéro, jouant néanmoins deux titres inédits, dont un au refrain très accrocheur, toujours dans cette veine metal-prog, proche de Katatonia ou de Tool. Du moins en référence.

This Misery Garden a délivré un set d'une heure avec des titres qui massent, techniques, couleurs mélanco, et profitaient de roder le répertoire avec leur nouveau bassiste

Site This Misery Garden

Influence X

De Lenzburg et région, bourg médiéval entre Zurich et Aarau, ont par la suite déboulé sur scène Influence X. Le groupe d’instrumentistes, rejoint par un autre motivé de la cause prog, Ramin Dänzer au chant. Une production très propre et très envoyée, du métal prog’ puissant, Dream Theater ou Symphony X non loin. Auteur d’un premier single 4 titres  et de l’album  «Existence» en 2013, le quintet ajoute en effet à la virtuosité des propos musicaux une note de militantisme pro-prog’.

Le claviériste d'Influence X Vito Staedler: un petit air de Mark Kelly, surtout lorsqu'il mouline.

Le groupe Influence X était purement instrumental avant l'arrivée de Ramin Dänzer, leur puissant et inspiré frontman.

Une attitude qui va plus loin puisque Ramin Dänzer, engagé au Eleven Festival aux côtés de Patrick Becker, est aussi le proprio d’un club rock à Lenzbourg, le Met Bar, qui programme prioritairement du metal, du prog’, du folk et… de la musique médiévale : «Il y a des concerts chaque week-end, et notre programmation est large, allant du soft rock au black metal», explique Ramin Dänzer.

Influence X live au Bierhubeli, Berne

Site Influence X

Lazuli

Dernier venu sur scène, les sudistes français de Lazuli. Avec un nom aussi précieux, des mots et une musicalité, des arrangements qui ne le sont pas moins, le groupe des frères Leonetti possède  une force, une puissance de groupe qui souffle, et vente.

Ecoutez ce titre, Déraille, pour vous en convaincre. Gros espoirs dans le petit monde du progressif, Lazuli se distingue de bon nombre de groupe par son originalité, une des définitions d’un bon rock qui n’a pas trop pompé sur les recettes surannées et passées, avec des touches electro, ethniques, folk, et une dégaine qui n’aurait pas dépareillé sur le site de Soleure il y a 5 ou 10 000 ans.

Gédéric Byar (gtr) et Claude Leonetti et sa Leode, un instrument unique conçu par ce dernier pour pallier à un handicap au bras. Des sonorités qui font planer.

Barbares d’apparence, ils sont en fait, à l’instar de Domi Leonetti, le chanteur-guitariste, de véritables troubadours des temps modernes. La formule est connue et un peu... comment dire... mais elle est vraie, tant est perceptible chez Lazuli cette note, cette attitude. Humainement d’ailleurs, les gars pratiquent sincèrement et avec bonheur «l’amitié courtoise», très éloigné d’une imagerie provocatrice ou sauvage.

La bonne nouvelle pour Lazuli est leur engagement par Fish, chanteur connu mondialement pour avoir été celui du groupe Marillion, lui-même groupe synthétiseur du second courant progressif apparu parmi les genres dans les années 80,  en première partie de sa prochaine tournée : «Nous avions déjà six dates programmées au Royaume-Uni. Nous en avons annulé une pour la remplacer par la 1ère date avec Fish, dans la même ville de Liverpool.»

Au total, 34 dates en Angleterre, Hollande, Suisse  - Z7 Pratteln le 21 novembre 2015 - , Allemagne, Pologne et Ecosse. «53 jours sur la route…Nous avons loué un camping-car, et fait au plus économique», explique Domi Leonetti. «C’est une superbe tribune pour nous d’autant que la moitié des dates sont sold out. Nous allons toucher un public qui n’aurait autrement pas pu nous connaître, des bonnes salles réputées, des grandes villes.».

Le rêve de tout musicien. Un tremplin bien sûr, qui  projettera dans de nouvelles dimensions cosmiques les cinq gars du Sud et leur splendide production.

Site Lazuli

 

Articles correspondant: Culture »