Vous êtes ici

L'inconnue du Frasnois tuée à Sullens (VD)

Crime du Frasnois: l'inconnue défigurée a été tuée à Sullens (VD)

Un suspect a été interpellé dans l'affaire dite de "L'inconnue du Frasnois", où le corps d'une jeune femme défigurée par les coups avait été retrouvé dans le Jura français en décembre 2016. Le crime aurait été commis à Sullens, dans le Gros-de-Vaud.

(ats) La victime a été identifiée. Il s'agit d'une Roumaine de 18 ans, ont annoncé jeudi les autorités de poursuites pénales françaises et vaudoises en conférence de presse commune à Besançon (F). Le suspect est lui français. Agé de 30 ans, c'est un travailleur frontalier domicilié dans le Doubs.

Arrêté mardi à son domicile avec l'appui des enquêteurs vaudois, l'agresseur présumé "conteste les faits, y compris les éléments de preuve", a précisé à l'ats Jean-Christophe Sauterel. Ecroué pour meurtre, il sera jugé en France, l'Hexagone n'extradant pas ses ressortissants.

La victime avait été découverte le 15 décembre 2016 par des bûcherons, dans un bois situé sur la commune du Frasnois (F), à une quarantaine de kilomètres de la frontière suisse. Le corps de cette femme menue, qui avait des cheveux teints en roux, présentait 26 coups de couteau au niveau du flanc et du cou.

Elle avait également été frappée. Selon l'autopsie, son décès résulte de multiples coups, notamment portés au visage, qui l'ont rendue méconnaissable. Tous les os et les dents de son visage étaient brisés. Un profil ADN masculin avait pu être relevé sur la victime mais il était inconnu des bases de données européennes.

Pour identifier la victime, la police française avait réalisé une reconstitution faciale en 3D et publié un portrait-robot. En vain. Pendant de longs mois, ni famille, ni amis, ni connaissances n'ont signalé la disparition de cette jeune femme, peu de temps avant Noël. Son identité restait un mystère.

En Suisse, début décembre 2016, une promeneuse a découvert une carte d'identité roumaine dans la région de Sullens. Il s'est avéré que la titulaire de la carte n'avait plus donné signe de vie depuis fin novembre 2016 alors qu'elle séjournait dans la région lausannoise, explique la police vaudoise dans un communiqué.

Toujours à Sullens, mais plusieurs mois plus tard, de nouvelles techniques ont permis d'analyser de la matière présente dans le béton et d'en extraire un profil ADN exploitable. Un lien formel entre la victime du Frasnois et cette jeune Roumaine a pu être établi.

Côté français, des investigations menées dans des hôpitaux ont notamment permis de retrouver la trace du suspect. Il s'était fait soigner pour une coupure au doigt dans un établissement du Doubs.

"Aucun lien familial, ni d'amitié ne liaient ces deux personnes", précise Jean-Christophe Sauterel. Interrogé sur un possible lien avec le milieu de la prostitution, il glisse que "cela est plausible".

Articles correspondant: Divers »