Vous êtes ici

Abo

Moutier - FCTT

Un derby vu par les maires

Les mordus de foot de la région peuvent se frotter les mains: l’heure de la reprise du championnat de 2e ligue inter sonne dimanche à 15h30, avec à l’affiche un derby Moutier - Tavannes/Tramelan qui s’annonce indécis.

Le derby de dimanche promet des étincelles. (photo Roger Meier)

Etienne Chapuis

Bien malin qui peut livrer un pronostic fiable pour cet affrontement très attendu entre une équipe prévôtoise considérablement remaniée lors du mercato et un FCTT dont la composition n’a pas varié d’un pouce. A l’aller le 16 août dernier à Tavannes, Moutier, encore coaché par Thierry Bühler, s’était imposé 3-1. Contre le cours du jeu.

Pour évoquer de manière un peu décalée ce huitième derby de l’histoire à ce niveau de compétition – cinq victoires prévôtoises jusque-là, pour deux nuls; s’en référer à la statistique ci-contre –, Le JdJ est allé à la rencontre de deux des trois maires concernés, Marcel Winistoerfer (Moutier) et Philippe Augsburger (Tramelan). Presque des experts en matière de ballon rond, on va le voir. A tout le moins des observateurs avertis.

«Courte victoire de Moutier»
«Je me réjouis d’avance à l’idée d’aller passer mon dimanche après-midi au stade au sortir de la longue trêve hivernale, d’autant plus que l’affiche est alléchante», sourit Marcel Winistoerfer, «client» assez assidu du Novimmob Stadium. «L’état de la pelouse à cette période de l’année risque de ne pas être un cadeau pour les deux équipes. Quoi qu’il en soit, il faut s’attendre à une explication serrée. Le FCTT est mieux classé actuellement, mais cela ne m’empêche pas de miser sur une courte victoire de Moutier. Ses dirigeants ont bien fait, à mon sens, de battre le rappel de Lulzim Hushi. J’apprécie cet entraîneur, il inculque de bonnes notions à ses joueurs. Avec lui, le public devrait avoir droit à un football d’une certaine tenue.»

Forcément, le cœur de Marcel Winistoerfer (59 ans), maire depuis le 1er août 2016, bat pour le FCM, son club de toujours, dont il est d’ailleurs membre d’honneur. Ce passionné de sport en général, et de foot en particulier, a transpiré sous le maillot bleu durant toute sa jeunesse. «J’ai joué le plus souvent au poste de milieu de terrain central, des juniors C jusqu’en première équipe, en 2e ligue. Mais cette catégorie de jeu se situait un peu au-dessus de mes capacités», reconnaît-il humblement, «et j’ai donc plutôt évolué avec la seconde garniture.»

Au terme de sa carrière de joueur, l’enseignant secondaire a endossé le rôle d’entraîneur. «Et cela pendant une quinzaine d’années», précise-t-il. «J’étais en charge essentiellement des juniors A, mais aussi un peu des juniors B et de la ‹deux›. Des joueurs actuels de l’équipe fanion, un seul fut l’un de mes poulains: l’attaquant Vincent Schaffner.»

«Un match nul»
Dans le camp opposé, Philippe Augsburger s’appuie lui aussi sur un certain vécu footballistique et sait donc de quoi il parle. Car il a parcouru toute la filière des juniors de ce qui était alors le FCTramelan, en position d’ailier gauche, avant de faire quelques apparitions en 2e équipe. Une blessure récurrente à une cheville l’a ensuite obligé, dès l’âge de 18 ans, à cesser la pratique de ce sport. «Par la suite, j’ai encore participé à des tournois à six et au fameux tournoi interfabriques du village, mais je me suis surtout tourné vers la boxe», dit-il. La chronique rapporte qu’il a disputé une dizaine de combats amateurs.

Maire de Tramelan depuis le 1er janvier 2015, Philippe Augsburger (60 ans) s’est toujours beaucoup impliqué dans la vie associative de sa commune natale, «un village heureux», glissera-t-il au gré de la discussion. On retrouve sa trace comme président des juniors du FC Tramelan («jusqu’au moment de la fusion avec Tavannes», souffle-t-il, «je dirigeais également, avant celle-ci, le regroupement des juniors de Reconvilier, Tavannes et Tramelan»), puis, plus récemment, comme président du HCTramelan, sans parler, dans l’intervalle, de son rôle à la tête de la société des commerçants, artisans et industriels.

Et les performances du FCTT continuent de piquer sa curiosité. «J’assiste pratiquement à chaque match à domicile», souligne-t-il. «Par contre, je me déplace beaucoup moins et ne sais encore si je serai présent dimanche en Prévôté. J’aviserai au dernier moment. La tâche de notre équipe sera compliquée. Elle éprouve toujours du mal face à cet adversaire. Mais, et cela parle en sa faveur, elle est homogène et a fait ses preuves cette saison. Tandis que Moutier, qui vient de réaliser de nombreux transferts, pourrait connaître quelques difficultés de cohésion. Je prévois une confrontation équilibrée et dis: que le meilleur gagne!» Un petit pronostic, quand même? Philippe Augsburger hésite, puis s’avance timidement: «Allons-y pour un match nul...»

Le derby du Jura bernois ne sera pas la seule préoccupation sportive du week-end de Philippe Augsburger. Ce fan invétéré des Young Boys aura un œil tourné vers le Cornaredo luganais, où se produisent ses favoris dimanche à 13h45. Il raconte s’être pris d’affection pour le club de la capitale depuis sa plus tendre enfance et ne rate jamais un match au Stade de Suisse. Il possède d’ailleurs trois abonnements de saison, pour sa famille, «dans le secteur des ultras», rigole-t-il. «J’avoue mal dormir après une défaite de YB. Ce fut particulièrement flagrant lors de la récente élimination en Coupe contre Winterthour!»

Mots clés: Foot régional

Articles correspondant: Sport régional »