Vous êtes ici

Oui à l'arrêt de Mühleberg

Pourquoi attendre encore 5 ans avant d’arrêter Mühleberg, l’une des plus vieilles centrales du monde ? Pourquoi la rafistoler à coup de centaines de millions, alors que cet argent pourrait être investi dans les énergies renouvelables, selon la politique décidée par le Conseil fédéral ? Pourquoi produire encore davantage de déchets pour les générations futures ? Pour satisfaire les actionnaires ?
Contrairement à ce que prétendent les opposants à l’initiative « Mühleberg à l’arrêt », un arrêt immédiat de la centrale est parfaitement possible. D’autres centrales en Allemagne, par exemple, ont été mises hors service sans problème après l’accident de Fukushima, selon un processus bien connu. L’IFSN (Inspection fédérale de la sécurité nucléaire) elle-même présente sur son site les différentes étapes du démantèlement d’une CN. Tout est déjà planifié. Alors n’attendons pas. Ce d’autant plus que la centrale reste encore dangereuse pendant 5 ans après l’arrêt du réacteur ! Car c’est seulement une fois que les barres de combustibles ont été refroidies dans la piscine qu’on peut les sortir de l’enceinte de confinement et commencer le démantèlement. Faut-il encore parler des fissures sur le manteau du réacteur, qui ne cessent de s’agrandir malgré les mesures prises ? Ou d’autres risques reconnus par l’IFSN ? Plutôt que de prolonger la vie de ce malade condamné, arrêtons ici les frais et votons oui à l’initiative le 18 mai !

Roland Gurtner, Bienne

Photos et texte: lecteur-reporter JdJ ROLAND GURTNER