Vous êtes ici

Analyseur de lumière genevois en service

L'instrument qui va permettre de mieux connaître l'Univers lointain

Le spectrographe "genevois" ESPRESSO est en passe de donner la pleine mesure de ses capacités. Il a été récemment combiné aux quatre télescopes de l'Observatoire européen austral (ESO), et va permettre aux scientifiques d'analyser des objets de l'Univers lointain.

(ats) Pour la première fois, les quatre télescopes de 8,2 mètres de diamètre du VLT (Very Large Telescope) ont été couplés pour alimenter en lumière un seul et même instrument. Ensemble, les télescopes du VLT forment une machine dotée d'un miroir virtuel de 16 mètres de diamètre, soit le plus grand du monde.

ESPRESSO va décortiquer la très faible lumière émise par des objets très éloignés, qui sera captée par le VLT. Les astronomes vont s'intéresser particulièrement aux quasars, des galaxies situées à des milliards d'années-lumière, explique mardi Francesco Pepe, chef de recherche du projet ESPRESSO.

Le but de ces observations sera de déterminer si certaines constantes de la physique, comme, par exemple, le rapport entre la masse du proton et la masse de l'électron, sont les mêmes ou varient dans le temps. Faire de l'astronomie équivaut en effet à se plonger dans le passé, rappelle M.Pepe.

Plus on regarde loin, plus on remonte dans le temps. Les quasars, ces objets fort distants de la Terre, fournissent ainsi des données sur ce que pouvaient être les lois de la physique voilà des milliards d'années. Les scientifiques pourront récolter de précieuses informations en analysant la lumière provenant de ces galaxies.

Découvrir que des constantes fondamentales de l'Univers lointain sont différentes obligerait à admettre que les règles de la physique changent en fonction du temps. Ce constat aurait des conséquences sur les modèles élaborés en cosmologie, note M.Pepe. Avec ESPRESSO, les chercheurs espèrent apporter une réponse à cette question.

ESPRESSO est aussi un instrument qui a été conçu pour traquer les exoplanètes. Pour ce travail, il n'utilise généralement qu'un seul des quatre télescopes du VLT. Il s'agit d'obtenir des images de haute précision, qui permettent d'observer les oscillations d'une étoile dues à la gravitation et d'en déduire les planètes qui orbitent autour.

ESPRESSO a été élaboré sous la direction de l'Université de Genève. Les pièces du spectrographe ont été fabriquées par plusieurs partenaires, avant d'être assemblées à Versoix (GE), dans une salle blanche contenant le moins de poussière possible, construite pour la production de ce type d'instruments ultra sensibles.