Vous êtes ici

RSS Feed

Publications des lecteurs

Trop cher et inutile ?

Les opposants au réaménagement de la place eu Marché-Neuf qui, en provoquant le référendum, remettent en cause une décision largement majoritaire du Conseil de ville, sont les mêmes qui veulent nous faire accepter un budget municipal destructeur pour notre ville. Trop cher et inutile, le projet de la place du Marché-Neuf ? C’est tout le contraire ! Une fois de plus, on essaie de faire peur aux gens par des arguments mensongers. Premièrement ce projet est une excellente affaire. En effet la ville ne déboursera que 2,6 millions (et non 4,8 !) pour une magnifique place entourée d’arbres, alors que le simple assainissement – devenu indispensable – nous coûterait plus cher (2,8 millions) ! Grâce aux fonds du canton et de la Confédération, le réaménagement nous est donc en quelque sorte offert. Pourquoi refuserions-nous un tel cadeau, surtout en cette période d’économies ? Deuxièmement ce réaménagement, qui comprend aussi les rues adjacentes et la place des Foulons, permettra de revaloriser ce lieu autrefois animé grâce au marché au bétail et aux nombreux restaurants bordant la place. Une revalorisation promise depuis longtemps, car liée à la construction du parking de la vieille ville et la suppression conséquente des places de parc en surface. Une revalorisation qui s’inscrit dans le cadre du développement de zones piétonnes et donc d’une meilleure qualité de vie en ville. Et qui permettra à cette place de retrouver vie, avec des bancs ombragés, des terrasses de restaurant, un jeu d’échecs et des manifestations de toutes sortes. Aujourd’hui plus que jamais, il importe de croire au développement de notre ville et de renforcer son attractivité. La politique de blocage systématique pratiquée par certains partis sous prétexte d’économies risque d’entraîner la ville de Bienne dans une dangereuse spirale négative ! Roland Gurtner, Bienne »


A qui profite l’initiative sur l’or ?

Au moins 20% des réserves de la Banque nationale suisse doivent être constituées d’or (contre 8% aujourd’hui). Telle est la proposition de l’initiative sur l’or. Mais ce n’est pas tout : l’or ne pourrait jamais être revendu. Le caractère absurde de cette initiative apparaît donc immédiatement : à quoi sert-il d’avoir des réserves que l’on ne peut pas utiliser ? Mais il y a pire : les initiants pensent renforcer la souveraineté suisse par ce biais. Mais on voit mal en quoi la Suisse serait plus souveraine avec 20% d’or, et pas avec 5, 8, 10 ou 30% ! Le franc ne serait pas plus « solide » non plus, au contraire. Il a plutôt tendance à être « trop solide », ce qui a obligé la Banque nationale à fixer un cours plancher avec l’euro en 2011. Or l’initiative sur l’or empêcherait la BNS de lutter contre le franc fort : voilà qui n’est pas dans l’intérêt de notre industrie d’exportation et ses nombreux emplois. A qui profiterait au final l’initiative ? A quelques spéculateurs peut-être, qui ont misé sur l’or et aimeraient se refaire... Vincent Simon, Gland »


Pages